Suicide assisté

La mort volontaire en Suisse d’un DJ italien lance le débat sur le suicide assisté dans la péninsule

Le suicide assisté de DJ Fabo ce lundi a suscité une immense attention médiatique en Italie et mis en évidence les pratiques suisses en matière d’assistance au suicide

Fabiano Antoniani, 39 ans, connu sous le nom «DJ Fabo» en Italie, est mort en Suisse lundi. Cet homme, gravement atteint dans sa santé suite à un accident de la route en 2014, militait pour le droit à la mort dans son pays. Il a finalement recouru aux services d’une association d’aide au suicide suisse. L’information fait la Une des quotidiens de la péninsule et ouvre largement le débat politique, mettant en lumière les pratiques helvétiques.

Dans un message vidéo publié vendredi, l’artiste mettait en cause les autorités de son pays: «C’est une honte qu’aucun parlementaire [italien] n’ait le courage de militer pour une loi dédiée aux personnes qui souffrent, qui ne peuvent mourir chez elles, qui doivent se rendre dans un autre pays et compter sur une loi qui devrait aussi exister en Italie.»

Le politicien Marco Cappato, membre des Radicaux italiens («Radicali italiani», de mouvance libérale) a accompagné Fabiano Antoniani en Suisse pour bénéficier des services d’Exit. Il tweetait ce matin: «Fabo est mort à 11h40. Il a décidé de s’en aller en respectant les lois d’un pays qui n’est pas le sien», mettant en cause le refus de l’Etat italien d’autoriser l’euthanasie.

A lire sur ce sujet: L’essor du «tourisme de la mort» inquiète les autorités tessinoises

Publicité