La musique adoucit les mœurs. C’est vrai, confirme le neurologue Bernard Lechevalier, et ça l’est déjà dans le ventre de la mère. Dans Le Plaisir de la musique, un ouvrage qui dit tout des bienfaits de cette discipline, le neurologue assure que le cœur d’un fœtus de 28 semaines accélère quand il entend du langage parlé et se calme quand il perçoit de la musique. Plus loin, l’auteur évoque aussi ce jeune patient autiste de 26 ans qui, d’ordinaire totalement mutique, lance un «merci» sonore après avoir écouté un choral de Bach.

Lire aussi: La danse, le meilleur des sports