Olivier s’est séparé en septembre 2020, alors que la pandémie offrait une légère accalmie, en réalisant que le non-désir d’enfant de sa compagne le rendait malheureux. Il s’est installé seul dans un appartement plus petit, en latence d’une autre vie. Début novembre, en pleine deuxième vague, c’est Frédéric qui s’entendait dire par son compagnon qu’il était temps de faire une pause; trop de disputes dues au stress de la période. Mi-décembre, c’était au tour du couple d’Elisabeth d’imploser, éreinté par dix mois de télétravail et de lutte pour tenter de maintenir le quotidien en un seul morceau. La mise en application prendra quelques mois: ils ont trois enfants et veulent procéder en douceur.

Lire aussi la chronique: La pandémie, ou le retour en grâce du couple exclusif