En Thuringe à Leubingen, un millier de recrues de la Bundeswehr et des secours civils ont assisté les populations menacées par la rivière Unstrut. Grâce à cette aide, la situation a été momentanément stabilisée. «Le froid va nous aider», s'est félicité un membre du conseil municipal. Deux tiers des mille habitants de la petite commune ont dû être évacués. C'est le centre de ces inondations hivernales dans l'est de l'Allemagne.

En Saxe-Anhalt, la situation est qualifiée de difficile dans le sud de cette région car c'est là que confluent les eaux de la Saale et de l'Unstrut. A Halle, le plus haut niveau de crue a été déclaré après que le pic des eaux a dépassé les 4 mètres. «La situation dans notre zone est critique mais elle ne nous fait pas encore peur», a déclaré un membre du conseil municipal. La Saale devrait atteindre les 6,50 mètres, et les habitants ont été appelés à protéger leurs biens en construisant des murs avec des sacs de sable. Mais l'angoisse est grande parmi les habitants à l'idée de devoir quitter leur domicile.

En Saxe, les habitants de Dresde revivent le cauchemar des inondations catastrophiques du mois d'août 2002. Les plaies sont à peine pansées que l'Elbe les menace à nouveau et chacun sait que les digues sont fragiles… Toutefois la progression très lente des eaux donne quelque soulagement aux riverains. Le fleuve atteindra son maximum le lundi 6 janvier juste 10 centimètres sous la mesure fatidique des 7 mètres! «Cette lente progression de la crue exclut Dresde de l'alarme maximum (niveau 4)», a déclaré Karin Bernhardt, porte-parole des autorités régionales en charge de l'environnement. En août 2002, le plus haut niveau de l'Elbe à Dresde était de 9,40 mètres.

Dans l'ouest de l'Allemagne, la situation est critique et le soulagement n'est pas encore de mise. La ville la plus touchée en Bade-Wurtemberg est Wertheim, lieu où les eaux du Main et du Tauber se mêlent. La situation est très tendue. Des parties de la ville historique sont déjà inondées. «Les niveaux vont encore augmenter car le principal pic de crue du Main est encore à venir dans l'après-midi du lundi 6 janvier», a déclaré une porte-parole du Conseil municipal. Le niveau de 6,50 mètres risque d'être atteint et tous craignent ce moment fatidique.

En Bavière, la situation est stable sauf à Kallmünz située sur la Naab, un affluent du Danube. «L'évacuation des eaux va durer des jours», constate tristement Siegfried Bauer, le maire du village.

Plus à l'ouest, dans la vallée du Mittelrhein, la population attend sans trop paniquer que les eaux du Rhin redescendent. «Ici, on a appris à vivre avec les inondations», déclare Eckard Fischer, avocat de Coblence qui prend avec humour et bonhomie les aléas de la pluviométrie locale. Toute la maison qu'il occupe a été spécialement conçue pour ne pas être affectée par la brusque montée des eaux.

Si à Cologne la situation s'est stabilisée, la crainte est encore grande de voir les eaux du Rhin inonder le centre historique de la ville alors que certains quartiers sont déjà touchés. Les digues ont 10 mètres de hauteur et protègent la partie médiévale de la ville. Depuis le matin du dimanche le niveau baisse de 1 centimètre par heure. Dans l'après-midi du dimanche, le niveau s'est stabilisé à 9,62 mètres. Toutefois le quartier de Rodenkirchen était toujours sous les eaux ainsi que les quais en bordure du Rhin. L'amélioration de la situation est liée aux très basses températures qui empêchent pluies et neige de tomber. Les observateurs pensent que Cologne va s'en sortir sans trop de dégâts.