Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Mandatée par le World Food Program, mais avec un sourire «bright» svp.
© DR

Déchirez-moi ça

Non, personne ne va «barouder» en zone désertique paré(e) d'un manteau à 5000 balles

CHRONIQUE. Chaque semaine, notre chroniqueuse propose une revue de presse du meilleur du pire des magazines féminins estivaux. Aujourd’hui, elle s’interroge sur l’esprit des shootings mode de l’été

Chère presse féminine,

Je t’écris ce jour à propos de tes shootings mode de l’été, notamment celui intitulé: «Profession Reporter», publié dans le Vogue Paris du mois d’août. Tu sais, celui qui met en scène une «baroudeuse» blonde au regard iceberg perdue dans un pays non déterminé où il a l’air de faire très très sec et pas hyper-bon vivre, coiffée d’une casquette «World Food Program» (issue d'une collaboration entre Balenciaga et l'ONU, ok, mais alors là c'est quand même très littéral). 

Certes, me diras-tu, c'est de l'art. Qui plus est, n’étant pas «reporter» moi-même mais simple journaliste, qui suis-je pour prétendre que les reporters n’ont de nos jours pas la moindre intention de porter une «veste en soie imprimée Gucci» à 3600 francs, ni ce «poncho en peau lainée à capuche amovible» Salvatore Ferragamo (prix sur demande) quand ils partent couvrir une famine?

C’est un fait. Je ne sais pas de quoi je parle. Néanmoins, forte d’une petite expérience de reportage, je crois malgré tout pouvoir affirmer que les rares fois où j’ai eu la chance de sortir du bureau et d’arpenter le terrain, je ressemblais un peu plus à un Gipsy King en tournée internationale depuis huit ans avec sur le dos un sac gros comme le Texas, et un peu moins à un mannequin Chloé seins nus sous ma «chemise en soie et en dentelle». 

Heureusement, l’édition britannique de Vogue, elle, redonne tout son sens au mot crédibilité avec un shooting qui pourrait être renommé «au-crépuscule-j’aime-me-revêtir-d-un-manteau-en-fausses-plumes-à-3700-balles-et-faire-des-étirements-dans-le-sable-humide-tête-en-bas», laissant libre court à notre imagination. (Cette personne est-elle possédée par un démon? Vient-elle de sacrifier des poulets dans sa baignoire?) 

Qui sait et qui sommes-nous pour juger?

Sur ce, je te laisse, et m’en vais faire des acrobaties avec mon sofa retourné, en robe de soirée. Parce que c’est mon droit le plus strict.


Chroniques précédentes: 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

Les Vietnamiens sont friands de serpents. On y voit l'influence de la tradition chinoise. Mais la pratique choque, y compris dans les villes du pays

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

n/a