Lancée en 1993, la Twingo n'a que peu évolué depuis cette époque, où l'apparition de la petite et pratique voiture urbaine avait fait sensation. Renault n'envisage le remplacement de son best-seller que dans une paire d'années. Même s'il ne l'avoue guère, le constructeur explore déjà quelques pistes stylistiques et conceptuelles via des études diffusées lors des salons automobiles européens. Présentée comme un «petit véhicule urbain haut de gamme», Zoé a été dévoilée mardi à Genève. Ce prototype a exactement la même longueur que la Twingo, 3,45 mètres, et partage son goût pour les formes douces et souples, tout en étant beaucoup plus audacieuses.

Quelques-unes des originalités de Zoé ne devraient pas se retrouver dans la future Twingo. Comme le toit en verre complexe qui, grâce à des diodes luminescentes prises dans la matière translucide, permet un éclairage inédit de l'habitacle. La disposition asymétrique des trois sièges de la voiture ne paraît pas non plus raisonnable, même si la solution est ingénieuse. L'unique siège arrière est disposé derrière la place du passager, alors que l'espace derrière le siège du conducteur est dédié au coffre de l'auto urbaine.

Pourquoi trois places? «Zoé est conçue pour la ville, répond Patrick Le Quément, directeur du design de Renault. On sait qu'une voiture transporte en moyenne 1,4 personne seulement, mais qu'une habitabilité réduite à 2 places est vécue comme une contrainte.» Sans doute. Reste que quatre places dans un tel véhicule citadin paraissent incontournables.

Il sera intéressant de voir le sort réservé à la porte passager motorisée de Zoé. Cette porte coulissante prend très peu de place une fois ouverte (pratique dans les parkings ou pour les personnes âgées). De plus, chaque partie latérale vitrée du toit se soulève dès que l'on ouvre une des portes.

Zoé dispose également d'un «pass» nomade, une sorte de mini-commande qui se branche sous le «comodo» droit. Cette clé intelligente permet à son utilisateur de retrouver à bord une ambiance personnalisée grâce à une sélection de radios et musiques, le réglage des sièges, les commandes de conduite et les rétroviseurs. Zoé est propulsée par un quatre-cylindres turbocompressé de 1,2 litre qui développe 100 chevaux. Deux petites palettes disposées au volant permettent de changer les vitesses de la boîte automatique à cinq rapports. Enfin, un joystick disposé sur la console centrale permet de régler les sièges avant.