Parlez-vous DSM? Bien sûr que si, tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Lorsque vous dites que le gosse des voisins est hyperactif ou que votre collègue de bureau frise l’anorexie, vous parlez DSM. Et le vocabulaire à votre disposition ne cesse de s’enrichir. Demain, si vous êtes une femme, vous pourrez crânement vous plaindre d’un «syndrome prémenstruel dysphorique» plutôt que, bêtement, vous sentir toute chose à l’arrivée de vos ragnagna (lire ci-dessous).

Depuis sa première édition en 1952, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, surnommé «la bible mondiale du diagnostic psychiatrique», a peu à peu imposé sa grille de lecture sur le vivant, façonnant notre perception de ce qui est normal ou pathologique, fou ou sain d’esprit: «La maladie mentale est devenue ce qu’en dit le DSM», résume le psychiatre français Maurice Corcos dans un livre à charge contre ce manuel à «l’universalisme hégémonique», édité sous l’égide de l’Association américaine de psychiatrie*. Il existe bien un autre ouvrage de référence, le CIM-10, émanant de l’OMS. Mais sous influence lui aussi.

Aujourd’hui, alors que la cinquième mouture du DSM est en gestation (LT 19.02.10), la machine classificatoire traverse une crise aiguë. Le responsable de l’édition précédente, Allen Frances, qualifie le projet de «désastre absolu», susceptible d’amener la psychiatrie «au bord du gouffre». Tandis qu’une «lettre ouverte au DSM-5», suivie d’une pétition, circule sur la Toile et a déjà recueilli près de 5000 signatures (lire ci-dessous).

C’est «un événement majeur», explique le psychologue genevois Martial Van der Linden, qui relaie la pétition en terre francophone: «Tant que les contestataires étaient des psychanalystes lacaniens, la portée de la remise en cause était limitée. Mais, cette fois, la révolte est issue du cœur même du système.» La pétition émane en effet d’une large palette de membres de l’Association américaine de psychologie, elle-même représentée dans le cénacle d’experts présidant au DSM-5. Le texte étaie, en substance, l’inquiétude exprimée par les opposants historiques au manuel: sous influence de l’industrie pharmaceutique, le DSM est devenu une machine à fabriquer de la maladie. Actuellement gros de 900 pages et de 365 pathologies, il prévoit de gonfler encore, avec des effets pervers considérables sur la population. La logique du monstre classificatoire s’est emballée, il faut arrêter ça.

Le DSM est né comme une simple nomenclature destinée à faciliter la communication entre chercheurs. Mais, peu à peu, il a pris la place d’un manuel psychiatrique à part entière. Résultat: une jeune génération de psychiatres qui, au lieu de considérer la personne en souffrance dans son entier et dans la logique de ses maux, la réduisent à un «cas», lui-même réduit à une liste de symptômes. «Je suis effaré de voir, chez mes jeunes confrères, le peu de place que prend la rencontre avec le patient, dit Maurice Corcos. Comme si le plus important pour eux était de tenir la folie à distance. Pour faire barrage aux angoisses du médecin, le DSM est effectivement l’instrument idéal!»

Le manuel américain, explique quant à lui Martial Van der Linden, incarne le triomphe de «l’approche biomédicale» de la souffrance psychique: «Elle postule qu’il existe une frontière nette entre le normal et le pathologique. Que le psychisme humain relève de la médecine et repose sur des données biologiques.» Et qu’en conséquence il suffit, pour le soigner, de trouver le bon médicament. Le DSM véhicule la promesse d’un monde où chaque mal de l’âme trouverait sa pilule miracle.

Or on se rend compte au­jour­d’hui que ce monde-là est un mirage. La pharma échoue à guérir les maladies mentales majeures, tandis que l’efficacité des tonnes de médicaments vendus chaque année contre la dépression ou l’Alzheimer est de plus en plus contestée. L’euphorie du tout chimique est en train de retomber et la crise du DSM doit probablement se lire comme un symptôme de ce basculement.

Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, salue la contestation anti-DSM: «Nous vivons une époque où le discours normatif, après avoir été porté par la morale ou la religion, l’est largement par la médecine. Or le DSM, dont la démarche est beaucoup moins scientifique qu’elle n’en a l’air, produit une norme qui est celle de la société américaine. Les pétitionnaires ont le mérite de rappeler ce qu’il feint d’oublier, que la souffrance psychique est inséparable de l’état de la société.»

Le plus étonnant, finalement, n’est-il pas qu’une contestation forte et organisée au «nouvel ordre mental» (Corcos) étasunien ne soit pas venue d’Europe? Les Britanniques, les Nordiques, les Italiens se rattrapent en signant la pétition américaine. Des signatures genevoises ont commencé à apparaître au bas du document.

Et les Français? Soupir de Maurice Corcos: «Des pétitions circulent ici aussi, il existe notamment un mouvement intitulé «STOP DSM». Mais la profession est tellement divisée et obnubilée par ses querelles de chapelle…»

L’auteur de L’Homme selon le DSM en est persuadé: le règne du manuel américain dans sa forme actuelle touche à sa fin. D’un autre côté, personne au monde n’a la puissance de frappe nécessaire pour imposer une nouvelle nomenclature. Alors? «Le DSM va se transformer de l’intérieur.»

Annoncée pour 2013, puis pour 2014, la date de sortie du DSM-5 reste incertaine. Mais personne ne s’attend à ce que la révolution soit pour cette fois.

*«L’homme selon le DSM», de Maurice Corcos, Ed. Albin Michel, 227 p.