Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«C’est toujours moi qui appelle, comme si j’allais chercher mes patients en salle d’attente.»
© Lea Kloos

Santé 

«Oui, je vois un psy... sur Skype»

Depuis six ans, la psychanalyste Fabienne Kraemer consulte par Skype, une idée novatrice devenue très répandue. Elle raconte

Sous le nom des utilisateurs de Skype figure en principe la mention Absent, Connecté ou Déconnecté. Fabienne Kraemer a ajouté: «Psychothérapies individuelles ou en couple par Skype. Auteure et psychanalyste.» Comme une carte de visite. C’est que la praticienne a fermé son cabinet parisien il y a six ans pour se lancer dans l’e-thérapie. Collier de perles et petit pull gris, livres et cadres en arrière-plan, elle tire le bilan via sa webcam.

Lire aussi:  Mon psy est un robot

Pourquoi vous êtes-vous lancée dans l’analyse via Skype?

Par amour. J’ai rencontré mon conjoint qui travaillait alors en Irlande. J’avais un cabinet boulevard Saint-Germain, aucun désir de quitter mes patients et l’âge où l’on n’a pas envie de passer à côté d’une histoire. J’ai toujours été un peu geek; j’ai proposé à mes patients de poursuivre par Skype. Tous m’ont suivie, sauf un.

Comment avez-vous vécu cela?

Je trouve cela super intéressant car le métier de psy nous fige dans un lieu, c’est un peu sclérosant. A Paris, 99% de ma clientèle venait de trente minutes à la ronde. Cela impliquait une sorte de profil type. Aujourd’hui, j’ai des patients au Tadjikistan, en Birmanie, à Genève, à Zurich, à Miami ou à Singapour. C’est riche et cela me permet une grande mobilité. Je consulte depuis Arles et Paris, parfois depuis chez ma mère. Je pourrais envisager de partir vivre ailleurs. En revanche, il y a toujours une bibliothèque derrière de moi car il est important qu’il y ait un cadre fixe dans une thérapie.

Quid de la thérapie en elle-même?

Il a fallu adapter la pratique au médium. Il est très difficile de rester silencieux par exemple; les gens ont l’impression que vous n’êtes plus là. Mais la plus grande différence est que je ne peux plus prendre mes patients dans les bras ou leur poser une main sur l’épaule lorsqu’ils s’écroulent. Je le faisais rarement mais cela manque parfois. Je dois être beaucoup plus soutenante par la parole. A l’inverse, il y a plein d’ouvertures que je n’avais pas auparavant. Je vais à domicile, je surprends des moments de vie et cela peut aider dans une thérapie. Nous travaillons aussi à partir de photos qu’ils m’envoient par Skype ou mail.

Qu’en est-il du fameux transfert, fondé sur la relation entre le thérapeute et son patient?

Pour être honnête, je ne savais pas au départ ce qu’il en adviendrait. Mais je peux vous assurer au bout de six ans que le transfert est impeccable. Nous sommes face à face, nous nous regardons, la concentration s’installe, l’esprit s’échappe finalement moins que dans un cabinet. La question n’est pas de savoir si l’on peut faire ou non une analyse par Skype mais de comment la faire. Il faut savoir gérer l’outil, redéfinir les règles, s’interroger sur le cadre et les limites, etc.

Qu’en est-il des limites, justement? N’êtes-vous pas appelée à toute heure, sans rendez-vous?

Jamais. Mon métier suppose d’être extrêmement cadrant. J’autorise parfois les patients à m’envoyer des SMS durant le week-end si l’on pressent une angoisse; ils ne le font pas! Il y a toujours quelques abuseurs mais ceux-là procédaient de même avant, en sonnant par exemple au cabinet au milieu de journée, sans être annoncés.

Et le cadre?

C’est toujours moi qui appelle, comme si j’allais chercher mes patients en salle d’attente. Mes patients ont la liberté de me consulter d’où ils veulent, à condition que ce soit confortable, qu’ils ne soient pas écoutés et disposent d’une bonne connexion. Je leur conseille de porter un casque, c’est plus intime. L’une m’a répondu un jour depuis son lit, je lui ai dit que ce n’était pas tout à fait adéquat. En revanche, un jeune homme m’a fait visiter l’Afrique entière car il avait besoin de bouger! On estime que 3% de la population suit une thérapie alors que 50% en aurait besoin. L’e-thérapie, c’est de l’accessibilité. Je consulte de 9h à 18h mais j’ai des patients dans le monde entier. Il est 15h pour moi lorsque je parle avec ma patiente de Singapour, qui vient de coucher sa fille ou 11h quand ma patiente de Vancouver me consulte avant de partir au travail.

Outre vos patients fidèles, avez-vous gagné une clientèle nouvelle?

Oui, des jeunes, des expatriés, des gens un peu isolés. J’ai toute une population corse aussi car sur cette île où tout le monde se connaît, certains n’osent pas aller consulter de peur du qu’en-dira-t-on. J’ai beaucoup de couples car il est plus pratique à deux de pouvoir consulter ainsi.

Les sites proposant des e-thérapies se multiplient. N’y a-t-il pas un risque accru d’imposture?

L’imposture peut être partout. N’importe qui peut poser une fausse plaque en bas de son immeuble. En revanche, je n’ai jamais voulu m’inscrire sur ces sites qui exigent un paiement avant la consultation. Le paiement est très important dans une thérapie, il doit être ritualisé et intervenir après la rencontre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

Les Vietnamiens sont friands de serpents. On y voit l'influence de la tradition chinoise. Mais la pratique choque, y compris dans les villes du pays

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

n/a