Durant l’élaboration de nos articles, la rédaction se demande toujours quel est le meilleur moyen de transmettre l’information. Le texte, la photographie, la vidéo ou l’illustration ne sont pas les seules voies envisagées. Pour certains sujets, Le Temps préfère proposer autre chose: rencontrer nos lecteurs et lectrices, les impliquer, les immerger, leur offrir un outil.

Certains de ces outils ont été créés en quelques minutes, d’autres en plusieurs semaines, par notre équipe dédiée au développement web. Mais toujours avec un credo en tête: l’utilité du résultat pour nos abonnés doit justifier l’effort fourni. Tour d’horizon non exhaustif de ces réalisations.


■ Des guides interactifs

Le site du Temps permet d’afficher tous les articles liés au cinéma, aux livres, ou encore aux séries TV. Mais comment trouver nos critiques des séries belges? Ou les meilleurs polars britanniques des années 1990? Notre site n’est pas structuré de manière à répondre à ces requêtes.

Depuis 2018, «Quelle série regarder? Composez votre menu» répond à ce type de questions. Ce guide de près de 300 critiques, publiées dans nos pages et régulièrement actualisées en ligne, propose une sélection rapide selon votre envie du moment – «Se délasser en mangeant ou repassant» ou «Frissonner», des filtres avancés – tri par genre, provenance ou diffuseur – et un outil de recherche.

A plus petite échelle, la page «Les 30 meilleurs polars de 1980 à 2020» propose le même genre de collection en rassemblant nos critiques littéraires.


■ Des données en continu

Les données de notre page d’infographies sur «L’expansion du covid en Suisse et dans le monde» sont actualisées de manière automatique à différents intervalles: chaque heure, chaque jour et chaque semaine. Un programme informatique effectue l’actualisation quotidienne de ces données et envoie un message à la rédaction dès la fin de son exécution, en précisant les éventuelles erreurs rencontrées. Les infographies sont mises en contexte par des citations d’experts les plus pérennes possible. Tout ceci pour vous permettre de suivre en temps réel l’évolution de cette pandémie.

Sur le même principe, notre «baromètre de la parité» compte chaque demi-heure le nombre de femmes et d’hommes visibles sur notre site selon les prénoms mentionnés dans les articles ainsi que les noms des signataires des papiers d’opinion internes ou externes à la rédaction. Par souci de transparence, vous pouvez retrouver le détail pour chaque article dans un tableau.


■ Une boîte à outils infographique

Le journal dispose de différents modèles d’infographies interactives. Ces derniers ont été employés notamment dans «Libéralisme: derrière le modèle, la vérité des chiffres» pour vous permettre de comparer, dans les pays du monde entier, l’indice de bonheur calculé par les Nations unies et l’indice de démocratie élaboré par l’Economist Intelligence Unit. Mais aussi pour développer une carte sur «Les tueries de masse perpétrées aux Etats-Unis depuis 2015», avec différents critères de filtrage, qui vous permet de constater que ces massacres sont très souvent commis avec des armes achetées légalement et ne sont presque jamais l’œuvre d’une femme.


■ Des invitations à essayer

Lorsqu’un article parle d’une police de caractères ou d’une fonctionnalité pour le web, il est parfois judicieux d’en faire la démonstration pour vous permettre d’expérimenter le sujet de l’article. Une police de caractères gothique? Un bouton transforme le texte de l’article avec celle-ci. Une typographie adaptée aux personnes dyslexiques? Idem. Ou encore activer un mode nuit improvisé spécialement pour un article sur la pollution lumineuse.

Le principal obstacle n’est alors pas technique, mais légal: une telle démonstration implique que la fonctionnalité en question soit utilisable en licence libre ou que ses auteurs acceptent qu’elle soit utilisée sans frais pour les besoins de l’article.

Notre enquête sur les données personnelles décrit comment demander aux entreprises les données qu’elles ont collectées à votre propos. Même principe: pour faciliter vos démarches, un générateur de demandes de données personnelles est accessible.


■ S’affranchir des grands écrans

En 2015, la moitié des consultations du Temps provenaient encore d’un ordinateur. Désormais, les deux tiers de notre audience proviennent d’un smartphone. Un bon affichage sur mobile est donc nécessaire.

Le pas d’après consiste à s’affranchir des grands écrans pour offrir une expérience entièrement adaptée aux smartphones. Une voie qui a été empruntée pour la page spéciale «Attraper une exoplanète, mode d’emploi». Une expérience parsemée d’images et de statistiques à découvrir sur votre smartphone, donc.