Souvenez-vous: il y a encore deux mois, le couple monogame traditionnel était attaqué de toutes parts. Trop rigide, trop encombrant, trop routinier. Ses détracteurs moquaient un modèle ringard, hérité du XIXe siècle, en perte de vitesse face à la tentation de la séparation, du divorce, de la non-cohabitation, du célibat. Menaces auxquelles il fallait encore ajouter les organisations de couple plus souples: polyamour, unions libres, voire libertines.

Lire aussi: L’amour, l’amitié (et tout le reste) au temps du Covid-19