Un pique-nique sans champagne? Tout bonnement impensable pour les orfèvres parisiens de la maison Christofle. Mais pour satisfaire à la tradition informelle et décontractée du déjeuner sur l'herbe, Christofle a imaginé de siroter le pétillant breuvage à la paille.

Une pratique empruntée aux coulisses des défilés de mode. Par le truchement de cet auxiliaire, les mannequins protègent leurs savants maquillages des attaques de bulles. Avec Christofle, cette notion utilitaire cède sa place à un art de vivre et de pique-niquer beaucoup plus décadent puisque les pailles de l'orfèvre sont bien évidemment en argent. Ou comment convertir une partie de campagne en comble de snobisme. Le plus étonnant avec ces précieuses tubulures, c'est leur énorme succès. Christofle en a écoulé plus de 7000, malgré l'obstacle majeur du prix (compter quand même 115 euros pour un lot de deux). En passe de devenir un fétiche, la paille Christofle profite de la tendance «bling-bling» ou nouveau riche et de toutes les habitudes ostentatoires qui accompagnent cet art de vivre tape-à-l'oeil.

A commander sur: www.vivre.com

Demain: Pour une clairière lounge.