Religion 

Le pape canonise Marguerite Bays et fait l’éloge de la prière

Le pape François a canonisé dimanche cinq nouveaux saints, dont la Fribourgeoise Marguerite Bays. La couturière de Siviriez (FR) «montre combien la prière simple est puissante», a-t-il expliqué

«A travers ces choses, le Seigneur fait revivre en elle la splendeur de Pâques», a-t-il ajouté dans son homélie prononcée devant 50 000 fidèles. Evoquant «la sainteté du quotidien», il a appelé les chrétiens à être des «lumières douces» parmi les «ténèbres du monde» et à guérir «des vices, des peurs et des fermetures.»

Lire aussi:  Le miracle de Marguerite Bays mis en cause par un document

«L’appel à la sainteté nous concerne tous», a abondé l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF), Charles Morerod. «Il n’y a pas besoin d’appartenir à une catégorie socio-éducative» pour être saint, «on peut l’être dans toutes les situations», a-t-il ajouté dans un entretien publié sur le site de La Liberté.

Un «exemple de vie»

«Quand on canonise quelqu’un, on le présente comme un exemple de vie chrétienne qui doit inspirer la vie actuelle», a-t-il souligné. «Si une canonisation n’a rien à dire au monde d’aujourd’hui, alors il faut l’éviter.»

Plusieurs centaines de pèlerins suisses se sont rendues au Vatican. Une délégation des autorités cantonales fribourgeoises était aussi présente, tout comme Karin Keller-Sutter. La conseillère fédérale s’est réjouie de la canonisation d’une simple couturière de la Suisse du XIXe siècle.

Avant la cérémonie, la Saint-Galloise a brièvement rencontré le pape et lui a transmis les meilleurs vœux du Conseil fédéral. Elle a aussi rendu visite à la Garde suisse pontificale. Elle a évoqué la contribution que les gardes apportent, par leur service, à la diffusion dans le monde de l’image d’une Suisse fiable et sûre, selon un communiqué du Département fédéral de justice et police (DFJP).

Puissance de la prière

Marguerite Bays avait été béatifiée en 1995 par Jean Paul II et doit sa canonisation à un miracle reconnu par le Vatican. Pour l’avocat de sa cause auprès de l’Église, le frère capucin Carlo Calloni, cette mystique «n’a pas fait de révolution», mais a vécu «humblement et pauvrement».

Humble laïque tournée vers Dieu dans une prière intense, proche de tous, Marguerite Bays est née le 8 septembre 1815 à La Pierraz, commune de Siviriez (FR), dans le district de la Glâne. Elle appartenait au Tiers-Ordre de Saint François d’Assise et exerçait le métier de couturière.

Déjà remarquée par ses contemporains pour ses vertus et son don de conseil, on l’appelait au chevet des malades et des mourants, on lui confiait ses soucis. Elle comblait les plus pauvres. «Catéchiste avant l’heure, elle enseignait également l’amour de Dieu aux enfants», écrit le diocèse LGF sur son site internet.

Atteinte dans sa santé et miraculeusement guérie en 1854, elle a porté les stigmates du Christ jusqu’à sa mort le 27 juin 1879.

Marguerite Bays est la première femme laïque suisse à être canonisée. Avant elle, Nicolas de Flue avait été déclaré saint en 1947 et la religieuse argovienne Maria Bernarda Bütler en 2008. Cette dernière avait été béatifiée en même temps que Marguerite Bays.

Un cardinal et trois religieuses

Les quatre autres nouveaux saints sont le cardinal anglais John Henry Newman (1801-1890), fondateur de l’oratoire de San Filippo Neri en Angleterre, et trois religieuses: la Romaine Giuseppina Vannini (1859-1911), fondatrice des Filles de Saint Camille, l’Indienne Maria Teresa Chiramel Mankidiyan (1876-1926), fondatrice de la congrégation des sœurs de la Sainte famille, et la Brésilienne Dulce Lopes Pontes (1914-1992), de la congrégation des Sœurs missionnaires de l’Immaculée conception.

Ces trois religieuses «montrent que la vie religieuse est un chemin d’amour dans les périphéries existentielles du monde», a relevé le pape.

Le cardinal Newman, lui, est «un très grand théologien qui a eu un impact profond sur la vie de l’Église et notamment le concile Vatican II», selon Mgr Morerod. Pour l’occasion, le prince Charles – qui devrait prendre un jour la tête de l’Église d’Angleterre – a représenté le Royaume-Uni.

Publicité