La question

Pourquoi pardonner?

Réponse d’Olivier Clerc, écrivain, auteur du «Don du Pardon» et traducteur des «Quatre accords toltèques» du chamane mexicain Miguel Ruiz

Pour répondre à cette question, il me faut d’abord brièvement redéfinir ce qu’est le pardon, une notion à la fois très chargée, émotionnellement parlant, et très confuse dans ce qu’elle recouvre vraiment. Pour beaucoup, le pardon ne serait qu’affaire de religion. En réalité, pour faire court, on peut simplement le définir comme la guérison des blessures du cœur. Quand je parviens à faire œuvre de pardon, mes plaies émotionnelles cicatrisent: mes douleurs émotionnelles (chagrin, colère, ressentiment) prennent fin et je retrouve alors les capacités à aimer, à vivre pleinement et à être en joie que j’avais perdues. Ce processus n’implique pas l’adhésion à une foi ou une croyance particulière, même si certaines peuvent y contribuer.

Pourquoi pardonner, alors?…

Parce que c’est d’abord et avant tout un merveilleux cadeau à se faire à soi-même! Si l’on me blesse physiquement (plaie ouverte), j’aspire à guérir, à cicatriser, à retrouver ma pleine intégrité physique. Je fais le choix de guérir pour moi, parce que ça me fait du bien! Eh bien, c’est pareil pour les blessures du cœur: faire le choix du pardon, c’est décider de recouvrer son intégrité émotionnelle. C’est se libérer soi-même. C’est guérir. Ce qui – comme dans le cas d’une agression physique – n’exclut pas de recourir parallèlement à la justice, si nécessaire. Le pardon guérit le cœur mais n’empêche pas de faire preuve de discernement avec sa tête: je ne promeus pas un pardon victime, ni un pardon martyr. Lorsque le pardon a été atteint, c’est la justice qu’on va chercher au tribunal, et plus la vengeance: grosse différence!

Depuis dix ou quinze ans, une multitude de nouvelles approches du pardon ont vu le jour, un large éventail de «médecines du cœur» parmi lesquelles on peut citer: Ho’oponopono, la méthode hawaïenne; le don du pardon, que m’a transmis Don Miguel Ruiz; le pardon radical de Colin Tipping, ou encore les neuf étapes du pardon du Dr Fred Luskin.

Chacun, aujourd’hui, peut trouver comment se libérer de la haine et du ressentiment et retrouver un cœur aimant!


Olivier Clerc, «Le don du pardon: un cadeau toltèque de Don Miguel Ruiz» (Trédaniel, 2010).

A paraître: «Tu es comme tu es», un conte inspiré de sa rencontre avec le spécialiste américain de la communication non violente Marshall Rosenberg (Père Castor).


Les autres questions du dimanche

De précédentes questions

Plus de contenu dans le dossier

Publicité