Pascal Décaillet est le lauréat du prix du «Journaliste de l'année». Equivalent romand du prix du magazine Schweizer Journalist, cette récompense est décernée pour la première fois par un jury romand de onze professionnels.

En Pascal Décaillet, le jury a distingué un journaliste que la célébrité d'une émission (Forums) puis ses retentissants déboires n'ont pas abîmé. Après avoir quitté le service public, il a rebondi, indépendant, pour écouler partout son excitation journalistique et sa curiosité intellectuelle. Il signe en effet une émission quotidienne sur la télévision «Léman Bleu», un édito sur «Lausanne FM» et une chronique dans la Tribune de Genève, sans compter d'autres collaborations et un blog.

Pascal Décaillet est infatigable, il s'en fait une gloire, décrivant le métier comme une passion qui ronge et ne rend pas heureux. Qu'importe: «Je ne cherche pas le bonheur», a-t-il déclaré en dédiant son prix à l'homme de radio, Frank Musy, qui lui a tout appris. Il était, pour ce titre, en compétition avec Patrick Chappatte, le dessinateur du Temps, et Patrick Vallélian, enquêteur à La Liberté.

Sept autres journalistes ont été honorés dans autant de catégories. Avec trois nominations et deux prix, Le Temps a été largement couronné.

Dans la catégorie «Editorial», c'est Patrick Chappatte qui l'a emporté, artiste du dessin de presse dont le talent accompagne Le Temps trois fois par semaine, tout en collaborant à la NZZ am Sonntag et à l'International Herald Tribune.

Dans la catégorie «Chronique», le jury a récompensé Stéphane Bonvin, chef de la rubrique Société et chroniqueur du «Village People», où chaque samedi, la vie des gens célèbres devient une pirouette romanesque, un jeu vertigineux sur le jeu des illusions. Pierre Veya, rédacteur en chef adjoint, a été nominé en catégorie «Editorial», Simon Meier, journaliste sportif, en catégorie «Reportage» et Eddy Mottaz dans la catégorie «Photographes».

Patrick Vallélian (La Liberté) est couronné en catégorie «Enquête», Thérèse Untersander (Le Matin) en «Interview», Sonia Zoran (RSR) en «Reportage», Titus Plattner (L'Hebdo) en «Nouveaux médias» et Jean-Luc Iseli (L'Illustré) est consacré pour sa carrière au service de l'image dans les plus grands titres de la presse romande.