Interview 

Paul B. Preciado, ni homme, ni femme, mais «homme trans»

Présent au festival Les Créatives, le philosophe a participé à une table ronde avec Virginie Despentes pour parler de son livre «Un appartement sur Uranus», et plus largement d’un monde selon lui en «profonde mutation»

De New York à Bruxelles en passant par Genève: partout où Paul B. Preciado passe, il remplit des amphithéâtres. La discussion aux côtés de Virginie Despentes lors du festival Les Créatives le 13 novembre dernier en atteste.

Lui-même se décrit comme «transfuge», «dissident»: ni homme, ni femme, mais «homme trans». Né(e) Beatriz en 1970 dans une famille conservatrice au cœur de l’Espagne franquiste, il s’est spécialisé dans l’étude des questions de genre et de sexualité. Disciple de Jacques Derrida, Agnès Heller et Judith Butler, il a enseigné à l’Université de New York et à Princeton et est devenu une des voix majeures de la philosophie contemporaine. Ses chroniques, publiées dans Libération, ont été rassemblées dans un livre, Un Appartement sur Uranus, publié chez Grasset et préfacé par Virginie Despentes (qui fut sa compagne pendant plus de dix ans).