Le pédophile suisse arrêté mardi au Cambodge (Le Temps du 27 janvier) a été inculpé hier d'attentat à la pudeur et doit être traduit en justice. L'homme de 53 ans était arrivé dans le pays au début des années 90 pour reprendre le Grand Hôtel de Siam Reap, à proximité des temples d'Angkor. Il avait rénové cette vénérable bâtisse en un hôtel au style chalet suisse, ce qui avait provoqué quelques remous. Après avoir quitté le Grand Hôtel, il avait ouvert un restaurant et un petit centre d'affaires, où les étrangers de passage pouvaient obtenir des traductions, envoyer des fax et accéder à Internet.

C'est justement en raison de publicités sur Internet pour le tourisme pédophile qu'il a été repéré par une organisation allemande de lutte contre les abus sexuels envers les enfants, laquelle l'a dénoncé aux autorités cambodgiennes. Parallèlement, un journaliste allemand en reportage sur place prévenait l'Office fédéral de la police (OFP) début janvier. L'OFP a alors entamé des recherches avant d'alerter le Cambodge.

Flagrant délit

Quand il l'a fait, l'homme était déjà arrêté, après avoir été pris en flagrant délit avec deux mineurs qu'il tentait de séduire. Si la justice locale abandonne l'affaire, explique Folco Galli, porte-parole de l'OFP, Berne entamera une procédure d'extra-territorialité contre son ressortissant.

Depuis le durcissement des mesures policières contre la pédophilie en Thaïlande et au Vietnam, le tourisme sexuel s'est replié sur le Cambodge, où les lois sont encore déficientes et la police peu habituée à ce combat. Cette arrestation pourrait être l'amorce d'un changement dans le domaine.