interrogation

Peut-on devenir plus intuitif?

Réponse d’Helen Monnet, psychothérapeute et consultante RH, qui vient de publier «La puissance de l’intuition» aux Editions Larousse

Oui, bien évidemment. L’intuition est quelque chose que tout le monde possède au fond de soi, mais à des degrés divers. Passerelle entre l’inconscient et le conscient, elle est plus ou moins développée selon l’histoire éducative, les choix de vie et les rencontres de chacun. Carl Gustav Jung pensait qu’elle agit comme une sorte de chef d’orchestre en complément des trois autres fonctions psychiques essentielles que sont la sensation, l’intellect et le sentiment.

Une tranquillité d'esprit

L’intuition requiert une tranquillité d’esprit pour grandir. Comme celle que l’on peut atteindre en vacances, lorsqu’on laisse son esprit vagabonder, ou grâce à la méditation et à la relaxation. Dans ce contexte favorable, la connexion entre le corps, véhicule de l’inconscient, et le mental devient meilleure, dans le sens où l’on peut mieux percevoir les messages provenant de l’intuition.

A titre d’exemple, en entreprise, sitôt que les cadres sont détendus grâce à une technique de relaxation psychocorporelle, l’intuition créative émerge de façon implicite. Les idées arrivent. La confiance et l’estime de soi augmentent. Le climat de travail s’améliore petit à petit.

Lire aussi: L'intuition se profile comme un outil original d'aide à la décision

Etre plus serein

Devenir plus intuitif permet de gagner une compréhension de soi et de l’univers beaucoup plus vaste, comme si on ouvrait un champ de vision plus étendu. Mais on atteint aussi une plus grande unité intérieure, une meilleure qualité de vécu, en se sentant davantage en harmonie avec soi-même et plus serein face aux événements. Dans notre monde agité, l’intuition est une façon de retrouver profondément la paix en soi et avec les autres.

Car l’intuition est vraiment en lien avec la vocation d’être. Elle nous ramène à notre essence d’être unique, parce qu’on a chacun quelque chose de particulier à accomplir ici-bas. Au fond, le plus grand ennemi de l’intuition, c’est la peur. La développer, comme on travaillerait un muscle, nous demande de retrouver une ouverture semblable à celle des jeunes enfants, cette spontanéité d’aller vers des choses inconnues. Si on tient compte de ce qu’elle nous dit, même si cela peut sembler parfois un peu farfelu, on peut gagner un temps fou par rapport aux méandres rationnels que nous suivons habituellement.


De précédentes questions

Plus de contenu dans le dossier

Publicité