Philippe de Dieuleveult était, dans les années 1980, un animateur de télévision célèbre et apprécié dans les foyers francophones, avec son visage de gendre idéal, son énergie communicative, sa «course autour du monde» puis sa «carte au trésor» qui promenait toutes les semaines les téléspectateurs français autour du monde. Mais le 6 août 1985, il disparaissait tragiquement lors d'une expédition en canot pneumatique sur le fleuve Zaïre, dans ce qui est aujourd'hui la République démocratique du Congo, avec six des huit membres de son équipe. Circonstances officielles: noyade. Mais le jeune homme menait une double vie: il était aussi un agent de la DGSE, les services secrets français. Or, dans une enquête intitulée «Les crocodiles du Zaïre», le magazine trimestriel XXI qui vient de paraître affirme qu'il a été exécuté par les services secrets zaïrois du président Mobutu.

La famille exige la réouverture de l'enquête

Selon cette enquête, le 8 août 1985, deux jours après la disparition officielle des sept membres de l'expédition «Africa Raft» dans les rapides d'Inga, Philippe de Dieuleveult était interrogé à Kinshasa par un commandant de la «Division spéciale présidentielle», la garde personnelle de l'ex-dictateur Mobutu Sese Seko. Un procès-verbal de l'interrogatoire permettrait d'établir que Philippe de Dieuleveult et ses camarades, après ce face-à-face, auraient été délibérément torturés puis exécutés. Selon le magazine, les corps auraient été dans un premier temps enterrés dans l'enceinte du camp militaire de Tshatshi à Kinshasa puis, des mois plus tard, inhumés et dispersés pour n'être jamais découverts. La signature de Philippe de Dieuleveult, qui figure au procès-verbal, a été authentifiée par son frère Jean.

Sur un télex des renseignements intérieurs zaïrois de l'époque, envoyé le 3 août 1985 et reçu à Kinshasa le 4, on peut lire: «HONNEUR VOUS SIGNALER RENVOI Mr PHILIPPE DE DIEULEVEULT ET TOUTE SA BANDE DE MATADI (la ville la plus proche des rapides d'Inga) A KINSHASA, ACCUSER PAR SERVICE AMI D'ÊTRE MERCENAIRE SUIVANT PARCOURS, DÉSTABILISER POUVOIR EN PLACE. STOP [...] ARRIVER AUSSITÔT TRANSFÉRER AU CAMP TSHATSHI POUR AUDITION. STOP».

Depuis plus de vingt ans, la noyade est la thèse officielle expliquant la disparition de l'animateur de «La chasse au trésor» et de ses compagnons. Mais cette fois, la famille de Philippe de Dieuleveult, forte de ces révélations, demande la réouverture de l'enquête pour homicide volontaire.