C’est indéniable: avec l’avènement des technologies modernes, quelque chose dans l’esprit humain a changé. Nous ne faisons plus de calcul mental, ne retenons plus les numéros ni nos rendez-vous. Inutile d’apprendre un poème de Baudelaire: Google les connaît tous par cœur. Quant aux photos de nos vacances sur Facebook, elles nous dispensent de les raconter. De ce constat désormais établi, le philosophe français Pierre Cassou-Noguès tire pourtant un livre stimulant, à la frontière du conte dystopique et de l’enquête spirituelle.