De l’argent, des vêtements, des logements. Pour l’instant, tout le monde aide à sa manière pour prêter main-forte aux réfugiés ukrainiens arrivés en Suisse. Des biens de première nécessité sont aussi acheminés vers la frontière polonaise, afin de soutenir ceux restés au pays. Pourquoi un tel élan de solidarité envers la communauté ukrainienne? Doit-on s’attendre, comme cela a déjà été le cas dans l’histoire, à une baisse progressive des dons?