Affaire Carlos Ghosn

Pierre Lascoumes: «Les élites trouvent légitime de choisir les règles qui leur sont applicables»

Carlos Ghosn, accusé de malversations financières au Japon, s’est «réfugié» au Liban. L’ancien PDG de Renault-Nissan justifie cette fuite par un «déni de justice». Retour avec Pierre Lascoumes, coauteur d’une «Sociologie des élites délinquantes», sur cet épisode rocambolesque et le sentiment d’impunité qui le sous-tend selon lui

«Je coopérerai pleinement avec la justice libanaise, avec laquelle je suis plus à l’aise que je ne l’étais avec la justice japonaise», annonçait au monde Carlos Ghosn lors d’une interview accordée le 10 janvier dernier depuis Beyrouth.

Détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne, Carlos Ghosn fait l’objet de quatre inculpations au Japon: deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé. Interpellé en novembre 2018, celui qui fut le chef d’entreprise le mieux payé du pays avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de 130 jours d’incarcération. Assigné à domicile, il avait interdiction de quitter le Japon dans l’attente de son procès. Fin décembre, l’homme d’affaires a pris tout le monde de court en embarquant dans un avion privé, caché dans un caisson pour instrument de musique, afin de se rendre au Liban. L’objectif: fuir un procès selon lui inique. «Quand il y a un déni de justice, c’est un déni de justice», a-t-il martelé ces derniers jours.

Lire également: Carlos Ghosn en fuite au Liban: des remous et des questions

Le «sentiment d’impunité» et la question de la «crédibilité de la parole» de celui qui fuit une procédure judiciaire en cours ont été depuis évoqués par de nombreux observateurs. Pierre Lascoumes, directeur de recherche au CNRS et coauteur avec la Belge Carla Nagels d’une Sociologie des élites délinquantes, revient sur ce cas d’école.

Le Temps: Quel regard portez-vous sur la fuite de Carlos Ghosn au Liban?

Pierre Lascoumes: La situation est tout à fait singulière en raison de la complexité de l’organisation mise en place. Excepté un ou deux «parrains de la drogue» ayant été exfiltrés de leur lieu de détention, je ne vois pas d’équivalent. En même temps, cet événement est typique du comportement des élites mises en cause. Elles se présentent comme des justiciables particuliers. Il leur semble légitime de choisir les règles qui leur sont applicables, la justice qui statuera sur leur sort et la sanction qui leur sera appliquée. La transgression des règles communes ne les embarrasse pas.

Lire aussi la revue de presse: Carlos Ghosn s’apprête à livrer sa vérité, rien que sa vérité

Comment analysez-vous son argumentaire basé sur le «déni de justice»?

Pour les avocats et les communicants de Carlos Ghosn, la meilleure défense, c’est l’attaque. Retourner l’accusation contre le système judiciaire japonais n’est qu’une tactique. Beaucoup l’ont reprise avec une étonnante facilité. L’accusé se présente comme une victime pour se dispenser de répondre des faits qui lui sont reprochés. Le grand débat sur l’équité contestant le droit n’est ici qu’une manœuvre. N’est pas Antigone qui veut.

Certains ressortissants européens jugés à l’étranger ont pourtant recours à cet argument…

La différence avec le citoyen lambda est que la situation de Carlos Ghosn était d’entrée privilégiée au Japon, avec des avocats de choc et forcément des contacts consulaires entre autorités. Il a aussi reçu la visite de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy.

Vous écrivez: «La puissance crée une forme d’auto-aveuglement. Si Carlos Ghosn est victime, c’est avant tout de lui-même, mais aussi de son entourage qui a légitimé par sa passivité des actes transgressifs.» Est-ce là l’origine du sentiment d’impunité que vous étudiez?

Dans ces situations, il y a la combinaison de deux facteurs. D’un côté, un dirigeant autoritaire qui invoque sa réussite pour exiger des avantages financiers, pris par une soif de gratifications et de privilèges qui semble inextinguible. D’un autre côté, ces comportements déviants sont encouragés par la passivité des entourages professionnels. Les subalternes sont tétanisés par la peur, et les contre-pouvoirs de ces grandes entreprises ne fonctionnent pas: les conseils d’administration, les comités de rémunération et les contrôles comptables ferment les yeux; les assemblées d’actionnaires sont leurrées. La carence de ces garde-fous extérieurs renforce l’auto-aveuglement.

Dans l’histoire récente, existe-t-il des cas comparables d’«auto-aveuglement» sous-jacents selon vous au sentiment d’impunité?

En France l’affaire Elf, aux Etats-Unis les affaires Madoff et Enron, en Italie l’affaire Parmalat, en Allemagne le trucage des moteurs Diesel… Dans toutes ces catastrophes industrielles, on retrouve les mêmes délires de puissance et la cupidité de dirigeants renforcés par le silence, voire la complicité des contrôles internes. Dans le cas Ghosn, le contexte conflictuel du tandem Renault-Nissan explique pourquoi la révélation des transgressions est venue de l’intérieur de l’entreprise. L’ex-dirigeant y voit un complot, mais on peut aussi considérer que des lanceurs d’alerte ont assumé leurs responsabilités.

En quoi l’opinion publique joue-t-elle un rôle dans le cas d’affaires de ce type?

L’opinion publique est particulièrement ambivalente face aux grands truands en général, et aux forbans des affaires en particulier. En principe, une majorité dénonce la transgression des règles sociales, surtout quand il y a enrichissement personnel comme c’est le cas ici. Mais en même temps, beaucoup sont fascinés par les héros noirs qui osent faire ce qui est interdit au commun des mortels: tourner en ridicule la police, moquer la justice, insulter les dénonciateurs. On peut par exemple penser aux condamnations prononcées contre l’homme d’affaires Bernard Tapie, ou le politicien Jacques Chirac, qui n’ont jamais détruit leur bonne image. Leur malignité et leur capacité infinie à se justifier sont la base de ce soutien indéfectible.

L’ancien procureur et aujourd’hui avocat Yasuyuki Takai a affirmé que «les professionnels du droit et les députés doivent réfléchir à de nouvelles mesures pour éviter que de telles fuites ne se reproduisent». Dans quelle mesure cette affaire pourrait-elle avoir un impact sur le droit japonais à long terme?

Il est possible que le cas Ghosn ait un effet paradoxal. Alors que le prévenu dénonçait la dureté du système pénal japonais, son comportement aussi cynique que transgressif pourrait conduire à son renforcement, en particulier pour la détention provisoire. A ce propos, tous ceux qui, non sans une pointe de racisme, critiquent les pratiques judiciaires japonaises devraient porter la même attention critique sur celles des Etats-Unis. Carlos Ghosn y a conclu récemment une transaction de 1 million de dollars pour éviter des poursuites.


Pierre Lascoumes, directeur de recherche émérite au CNRS, coauteur avec Carla Nagels de «Sociologie des élites délinquantes», A. Colin, 2018.

Publicité