TV

Pierre-Pascal Rossi est décédé, «à notre connaissance»

Le présentateur du TJ de 1982 à 1989 s'est éteint à l'âge de 73 ans. Il avait imposé une phrase conclusive de son journal devenue mythique – et d'une puissante modernité

«Telle a été cette journée, en Suisse et dans le monde, à notre connaissance.» Depuis des décennies maintenant, cette phrase de conclusion du TJ lancée par Pierre-Pascal Rossi sonne comme la réminiscence d’un ancien temps, d’une télé à papa, où l’homme-tronc – il fut le premier en Suisse francophone – assène la vérité solennelle, et unique, de l’institution téléjournaleuse.

En y pensant bien, c’est tout le contraire. On mesure aujourd’hui, et on ne cessera de méditer, la puissante modernité de cet adieu télévisuel quotidien, en insistant sur sa dernière partie. Ce «…à notre connaissance», condensé de modestie, d’humilité et de mise à distance de l’information feuilletée en images pendant 30 minutes, oui, pas plus que ça, une demi-heure pour 24 heures du monde.

La RTS a annoncé mercredi soir la mort de Pierre-Pascal Rossi, des suites d’une longue maladie, à 73 ans.

D'abord à Temps présent

Il avait pris sa retraite en 2005, au terme d’un parcours original à la télévision publique. Né en 1943, il a commencé dans la presse écrite, avant de rejoindre la TV en 1969. Il a travaillé pour Temps présent, avant de prendre les commandes, figure de l'homme assis et voix nasillarde, du téléjournal de 1982 à 1989, en tournus avec Annette Leemann.

De l'actualité aux paysages

Ensuite, il a clairement bifurqué, quittant l’actualité quotidienne pour d’autres champs. Un magazine littéraire, «Hôtel», et surtout, «Passe-moi les jumelles», avec Benoît Aymon et Claude Delieutraz, émission en contraste complet avec la frénésie croissante des formats TV, et qui demeure l’un des poids lourds de l’audience de la RTS.

Durant sa retraite, indique la RTS, il a poursuivi plusieurs activités d’écriture, dont des scénarios. Voyant monter les gazouillis et les pépiements des places du village électronique, peut-être souriait-il parfois en songeant à sa fameuse tirade. Cet indépassable, et serein, «... à notre connaissance».


La RTS rend hommage à son journaliste vendredi 16 septembre avec notamment la diffusion du «Pêcheur de lune», docu-fiction au fil du Doubs, à 20h10 sur RTS Un.

Publicité