Aller au contenu principal
n/a
© Infographie Le Temps

Autocritique

Quelle place pour les femmes dans «Le Temps»?

Notre journal fait son autocritique, en comptabilisant la part des femmes dans ses propres pages. Si le bilan n’est pas très glorieux, le changement est pourtant possible

Annoncé au son du gong, le «mur» est un rituel immuable au Temps. A 16 heures, les pages encore incomplètes du numéro du lendemain sont affichées, sous l’œil impitoyable du chef d’édition. Un regard rapide sur ces pages – et son cortège de photos d’hommes en costume – permet pourtant de prendre la mesure du problème: dans les photographies et les sujets qu’il publie, dans les experts qu’il sollicite, dans les contributions qu’il accueille, Le Temps reste encore très masculin. Et donc inégalitaire.

Alors que le journal s’engage depuis plusieurs semaines à travers sa cause «égalité homme-femme», il nous a semblé important de balayer devant notre porte, au travers d'un petit exercice arithmétique très simple. Sur les quatre premiers mois de l’année 2018, nous avons compté la part des femmes dans différents éléments du journal: photos, éditoriaux, expertes de notre rubrique Science, contributrices de nos pages Débats et portraits de dernière page. Le résultat – peu glorieux – est synthétisé dans les graphiques ci-dessous.


Quelle est la place des femmes dans «Le Temps»?


L’exercice, un peu binaire et non exhaustif, est pourtant révélateur. En 2018, seuls 16% des éditoriaux publiés en page une ont été signés par une femme journaliste. Nos pages Débats accueillent en moyenne trois hommes pour une femme. Comment l’expliquer? Au Temps, les cadres sont très majoritairement des hommes – alors que 45% des employés de l’entreprise sont des employées. «Il y a aussi les vieux réflexes et la routine professionnelle des journalistes qui mobilisent toujours le même réseau», expliquait l’an dernier au Temps Marie-Christine Lipani, chercheuse et sociologue des médias à l’Université Bordeaux-Montaigne.

L’engagement des journalistes

Au sein du journal, cette remise en question est ancienne et permanente, mais le changement peine encore à s’amorcer totalement. Au cœur de la réflexion, cette interrogation – légitime: faut-il privilégier une meilleure représentation des femmes au détriment de l’expertise? L’un et l’autre ne sont pas pourtant incompatibles. En 2016, Ed Yong, journaliste scientifique de The Atlantic, avait décidé de viser la parité parmi les sources citées dans ses articles. Résultat deux ans après: 50% des experts qu’il interroge sont des femmes, contre 25% auparavant. «Chaque personne que je contacte est qualifiée pour apparaître dans mon article. C’est juste que, maintenant, la moitié de ces personnes qualifiées sont des femmes.»

Lire aussi: Les femmes sont les grandes absentes des pages «Opinion et débat» du Temps

En août 2017, Le Temps lançait sa page spéciale Suisse 4.0. Mathilde Farine, journaliste économique coresponsable de cette page, explique avoir visé une telle parité. Verdict: 14 expertes interviewées pour 18 hommes, sans jamais céder sur la pertinence. Elle a même quantifié l'«effort» supplémentaire pour dénicher la bonne experte: quinze minutes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Des gadgets à dormir debout

Masque oculaire digital, applications qui mesurent les cycles de sommeil, lunettes filtrantes: la technologie peut-elle vraiment nous aider à mieux dormir? Notre chroniqueur en doute. Son édito en vidéo

Des gadgets à dormir debout

n/a