La Suisse est décidément le pays des premiers tours du monde à l'énergie solaire. Tandis que le Vaudois Bertrand Piccard se prépare à réaliser cet exploit en avion à bord de son très sophistiqué Solar Impulse, le Neuchâtelois Raphaël Domjan s'apprête à accomplir la grande boucle sur un bateau également révolutionnaire, PlanetSolar. Le projet, présenté une première fois au public il y a deux ans et demi, est désormais très avancé, comme ses responsables en ont témoigné mercredi à Berne lors d'une conférence de presse: le sponsor nécessaire à l'entreprise a été trouvé et la construction du bâtiment doit commencer dans quelques semaines.

Nombreux parrains

PlanetSolar a de nombreux parrains issus souvent du milieu des grands voyageurs, de Jean-Luc Van Den Heede, recordman du tour du monde à l'envers à la voile, à Jason Lewis, auteur du premier tour du monde effectué exclusivement grâce à l'énergie humaine. Mais il lui manquait jusqu'à récemment le sponsor principal capable d'assurer l'aventure. Or, Raphaël Domjan a annoncé l'avoir trouvé. Il s'agit de Rivendell Holding SA, société financière domiciliée à Zoug et appartenant au richissime investisseur allemand Immo Ströher, très actif dans le domaine de l'environnement.

Rivendell est disposée à payer entièrement la construction du bateau, ce qui représente une mise de fonds de quelque 10 millions de francs, soit la moitié du budget total. En échange, elle possédera le bateau et aura le droit de l'utiliser, à l'issue du tour du monde, à des fins commerciales. «C'est un excellent marché pour nous, promet Raphaël Domjan. Nous travaillons à la promotion de l'énergie solaire. Une fois notre voyage accompli, nous serons très heureux de voir le bâtiment continuer à voguer et même, peut-être, rapporter de l'argent.» Deuxième enseignement de la conférence de presse: le PlanetSolar, dont une maquette a été dévoilée mercredi, sera un catamaran, et non un trimaran comme cela avait été annoncé en 2006. Pour le reste, le bateau a gardé des dimensions impressionnantes dues à la surface occupée par les panneaux solaires, en l'occurrence quelque 470 m2, soit la superficie d'un court de tennis. Le grand défi posé aux ingénieurs sera de conjuguer cette masse imposante, d'un poids de 25 tonnes, et l'énergie relativement faible à disposition.

Départ au printemps 2010

Le PlanetSolar sera construit ces prochains mois au chantier naval de Knierim Yachtbau, à Kiel, dans le nord de l'Allemagne, pour être mis à l'eau en automne 2009, rallier la Méditerranée dans la foulée, puis entamer en principe son tour du monde au printemps 2010 avec deux marins à son bord.

«Le pilotage du bateau sera lui-même un défi, prévoit le co-skipper pressenti de Raphaël Domjan, Gérard d'Aboville, célèbre pour avoir accompli la première traversée de l'Atlantique à la rame. Les marins ont l'habitude de s'occuper des courants, des vents et des vagues. Là, nous devrons être attentifs au soleil et, évidemment, à ce qui sera notre hantise, notre consommation d'énergie. Bref, nous allons devoir inventer à cette occasion une nouvelle forme de navigation.»