Lunettes noires et portable collé à l'oreille, un homme traverse la rue en tenant une poussette dernier cri d'une seule main. Un autre, en costume, fonce sur le trottoir, précédé d'une sorte de mobylette de l'espace qui ressemble à peine à un landau. Deux scènes désormais familières, avec pour acteur principal un nouveau papa, tout autant soucieux de partage de tâches familiales que de look. Une poussette d'accord, mais pas n'importe laquelle.

Il n'y a pas si longtemps, la poussette relevait du domaine de la maman. L'aménagement des heures de travail et l'essoufflement de certains stéréotypes machos sont venus redistribuer les rôles père-mère au pied du pousse-pousse. A cela s'est ajouté, au tournant de l'an 2000, l'héritage d'un style de vie bourgeois bohème, avec l'apparition de la poussette à trois roues. Des pères en rollers et des mères en jogging, mais aussi des jeunes parents habillés en Prada ont envahi les «bars à cappuccino» et autres endroits à la mode. La poussette, accompagnée du couple branché, a fait son apparition. Un énorme succès qui a imposé la poussette trois roues à New York et à Londres puis dans les villes romandes.

Paradoxalement, cette nouvelle façon de s'afficher en ville a été prise en compte tardivement par les fabricants de poussettes. Il y a encore dix ans, leur produit s'adressait exclusivement aux mamans. Une révolution pour les marques Bébé Confort, Chicco ou Stokke, forcées de considérer d'urgence ces papas très sensibles à l'aspect extérieur de cet accessoire de rue. D'autant qu'en conquérant le marché masculin les marques ont aussi conquis le public féminin. Dans les enquêtes ou les magazines, un homme avec un bébé est jugé «irrésistible». Jude Low, avec ses lunettes noires derrière une poussette, c'est franchement «sexy». La poussette attitude est née.

Un design plus agressif et plus masculin a succédé aux formes arrondies. Les nounours et les volants sont aujourd'hui remplacés par des freins de mountain bike, un design de Formule 1 et une signalétique de sport de haut niveau. Les coloris vont du noir uni au denim. Les matériaux s'inspirent des vêtements, du jersey de sweat-shirt très doux au Nylon d'anorak de haute montagne. Pour toucher son cœur de cible masculin, le marketing joue sur les termes techniques. Tout est fait pour que le papa ait (un peu) l'impression d'acheter une voiture. Bébé Confort vient de lancer la High Trek, décrite comme un «4 x 4 tout confort». La Max Box de Smoby ressemble à une Smart à trois roues. Alors que la Powertrack de Jané a franchement l'air conçue pour faire des bonds sur la lune.

L'ancienne version aux trois pneus de bicyclette impossible à diriger en intérieur a été corrigée en version poids plume. La roue avant pivote à 360° par simple pression du pouce, grâce à un curseur disposé latéralement. Plus maniable, elle fait maintenant partie des classiques mais confère toujours une certaine visibilité au conducteur.

La vraie nouveauté 2004 vient de Norvège. La Xplory de la marque Stokke est très spectaculaire. Un design à couper le souffle quand on la croise dans la rue. Très haut sur pattes, cet insecte en aluminium ultraléger se conduit grâce à un petit volant.

Avec seulement 65 000 naissances par année, les Suisses font facilement exploser leur budget poussette, surtout pour l'arrivée du premier enfant. Rien n'est assez beau, et les prix s'étalent de 600 à 1000 francs pour ces Mercedes à roulettes.