Religion

Pour préparer une messe de minuit, «il ne faut surtout pas chercher l’originalité»

A la campagne ou à la ville, dans une cathédrale ou une toute petite paroisse, comment les hommes et femmes d’Eglise abordent-ils cette célébration si particulière, qui réunit pour l’occasion fidèles et visiteurs d’un soir? Eléments de réponse aux quatre coins de la Suisse romande

Alors que leurs rangs sont clairsemés tout au long de l’année, les églises continuent de faire le plein au soir du 24 décembre. A la cathédrale de Genève, ce ne sont pas moins de 1000 personnes qui sont attendues, contre une petite centaine aux cultes du dimanche. Même son de cloche dans les petites paroisses, à l’instar par exemple de l’église de Môtier-Vully (FR), habituée à une trentaine de paroissiens en temps ordinaire et qui se prépare à accueillir plus de 100 personnes pour Noël. Autant dire que l’enjeu, ce soir-là, est considérable pour les Eglises.

Lire aussi: Comment réapprendre à s’émerveiller à Noël (et après)