C'est le printemps! Ou, plus précisément, il commence aujourd'hui 20 mars à 14 h 31, et durera 92 jours, 18 heures et 7 minutes, jusqu'à ce que l'été prenne le relais le 21 juin à 9 h 38. L'équinoxe vernal est défini comme le moment où le soleil passe par l'équateur céleste. A cet instant, le jour et la nuit ont la même durée partout sur Terre. Ça, c'est la théorie astronomique. La nature, elle, s'autorise souvent quelques libertés avec les astres.

Saison stable

Les températures particulièrement douces de ces derniers mois ont permis à la végétation de prendre une avance de dix jours au moins, par rapport à la moyenne. Sans les fortes pluies de ces deux dernières semaines, cet écart aurait pu se creuser encore. Il ne faut pas y voir une tendance générale sur plusieurs années dictée par les changements climatiques. «D'une année à l'autre, il n'est pas rare de voir de tels écarts par rapport à la norme en ce qui concerne le début du printemps, précise François Calame, agronome à la Station fédérale de recherches en production végétale de Changins. Mais, sur le long terme, les espèces végétales qui fleurissent autour des mois de mars et d'avril ne changent pratiquement pas leurs habitudes.» S'il y a des saisons qui se détraquent, c'est plutôt les trois autres. «Depuis les années vingt, le nombre d'automnes et d'hivers vraiment froids a fortement diminué, remarque François Calame. Et l'été se réchauffe aussi sensiblement.»

Les agriculteurs n'ont pas réussi à suivre la nature. En raison des fortes précipitations, les terrains sont toujours difficilement praticables, empêchant les paysans de commencer leurs travaux. Les semis de pois et de blé de printemps, ainsi que la distribution d'engrais et le traitement contre les mauvaises herbes ont pris du retard cette année.