Le Prix Louis-Jeantet de médecine 2001 a été attribué mardi à trois chercheurs européens spécialisés dans le domaine biomédical. Alain Fischer, de Paris, Iain W. Mattaj, de Heidelberg, et Alfred Wittinghofer, de Dortmund, se partageront la somme de 1,8 million de francs pour la poursuite de leurs travaux de recherche. La Fondation alloue de plus à chaque lauréat un montant de 100 000 francs à titre personnel.

Le professeur Alain Fischer, qui dirige la recherche clinique en immunologie pédiatrique à l'hôpital Necker à Paris, a récemment réussi à soigner de façon durable quatre enfants atteints d'une maladie héréditaire par le biais de la thérapie génique (lire LT du 28 avril 2000). Cette maladie rare – nommée déficit immunitaire combiné sévère (XL DICS) – empêchait le développement normal de certains de leurs globules blancs, ce qui rendait leur système immunitaire inopérant. Alain Fischer prévoit de perfectionner cette approche de la thérapie génique pour soigner d'autres atteintes graves du système immunitaire.

Iain W. Mattaj est coordinateur scientifique au Laboratoire européen de biologie moléculaire à Heidelberg. Il est spécialisé dans l'étude du transfert de différentes substances – ARN, protéines, particules virales – entre le noyau et le cytoplasme des cellules. Pour entrer ou sortir du noyau, une grosse molécule doit d'abord être reconnue par des récepteurs qui jouent le rôle de douaniers. Iain W. Mattaj a démontré que ces mécanismes sont notamment pilotés par une petite enzyme, la RAN GTPase. Ses recherches futures visent à parfaire la compréhension de ces mécanismes de transfert à travers la membrane du noyau. Ce qui pourrait aboutir un jour à des applications médicales si l'on pouvait trouver un moyen d'empêcher le bagage génétique des virus d'entrer dans le noyau pour s'y reproduire.

Le troisième lauréat, Alfred Wittinghofer, professeur de biochimie à l'Institut Max-Planck à Dortmund, est un spécialiste des mécanismes qui transforment une cellule saine en cellule cancéreuse. Il est connu pour avoir décrit la structure tridimensionnelle d'une protéine, baptisée Ras, qui joue un rôle prépondérant dans l'apparition de certains cancers. Il a également étudié la structure d'autres protéines qui interagissent avec Ras et facilitent son fonctionnement.

La cérémonie de remise des prix se déroulera à Genève le vendredi 27 avril prochain.