On m’aurait dit, il y a quelques jours encore, que j’allais me passionner pour le treizième plan quinquennal que concocte l’équipe gouvernementale chinoise sous la direction du camarade Xi Jinping: j’aurais été plutôt sceptique.

Comme sans doute les quelque 133 000 visiteurs qui ont découvert sur la chaîne YouTube de New China TV cet extraordinaire joyau de la propagande chinoise: «Now China.» Il y est donc question du prochain plan quinquennal, le treizième. Les experts nous apprennent qu’il est précisément discuté cette semaine à la direction du Parti communiste. Dans les travées secrètes du pouvoir, à l’abri des regards, dans le plus grand secret pour les délibérations les plus cardinales. Bref, le summum de l’opacité, du sérieux et de l’alignement au cordeau. Mais la réalité est une chose. La propagande en est une autre, une toute autre.

Découpage hypnotique, ukulélé inexorable

Couleurs pétantes et post-psychédéliques; animations foldingues; personnages tout droit sortis de la culture vidéo pop de ces quarante dernières années, Rocky Horror Picture Show, Ziggy Stardust et Led Zeppelin réunis; découpage hypnotique, musique folk, ukulélé inexorable, décalage quasi auto-ironique: c’est donc la vidéo de quelque trois minutes qui explique au monde les vertus enivrantes du 13e plan quinquennal, le «shisanwu».

Le shisanwu, kesako? C’est le nom de code de ce treizième plan. Shi, c’est dix, san, c’est trois, shisan, c’est 13 et wu, c’est cinq. «Eh les gars vous avez entendu ce qui se passe en Chine? Entendu parler du nouveau style du président Xi Ping? Si vous voulez savoir ce que la Chine prépare, intéressez-vous au shisanwu, shisanhu, shisanhu…» Le tout en anglais, sur un rythme entêtant.

On l’écoute une fois que déjà le refrain vous colle aux tympans. A la deuxième écoute il ne vous quitte plus. Au troisième visionnement, vous commencez à le chantonner, hilare. Au quatrième visionnement vous partagez sur Facebook. Et voici comment un outil de pure propagande devient viral.

Toute la quincaillerie post-psychédélique y passe, du combi Volks­wagen cher à la culture hippie de la Westcoast californienne, aux fleurs de lotus et aux barbus qui grattent une guitare, le tout sur des tons vert acide et mauve fuchsia et dans l’ambiance des animations de Yellow Submarine, le film mythique des Beatles.

648000 vus sur YouKu

Sur YouTube, qui est aussi un réseau social, les commentaires abondent. «Vous auriez imaginé les Soviétiques faire une pareille vidéo avec leur propre plan quinquennal», demande une internaute. «Ils l’ont fait», réplique le dénommé Ambidextre. «Chaque dictature essaie de se rendre sexy aux yeux des populations jeunes.» Un autre fait remarquer que YouTube n’est pas disponible en Chine et que le public cible n’est donc que le public occidental. Faux, doit-on lui répliquer: en Chine, le clip est disponible sur l’immense YouTube chinois, YouKu, où il totalise plus de 648 000 vues.

Au-delà de la stupeur initiale, on note au passage toutes les ruses dialectiques qui parsèment le message: car, comme le dit la chanson du clip, ce plan quinquennal, ce sera un «huge deal», référence au «new deal» de Franklin Roosevelt dans les années 30 aux Etats-Unis. «How huge?», «immense comment?», «China huge», «immense comme la Chine!». Et nous voici repartis dans la ritournelle…

On sort de cette séance d’endoctrinement idéologique avec un sentiment d’inquiétante étrangeté, tant ce clip agit en nous comme le soma, la drogue hypnopédique du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Et si c’était le but?