La semaine dernière, Le Canard enchaîné publiait de longs extraits d’une interview de la célèbre psychanalyste Françoise Dolto datant de 1979, dont les propos – qualifiés de «complètement inconscients» par l’hebdomadaire – revenaient à soutenir que ni l’inceste ni le viol conjugal n’étaient des agressions sexuelles. La polémique éclate: comment une si grande défenseuse des droits de l’enfant a-t-elle pu formuler de telles paroles? Ont-elles été suffisamment contextualisées?