Pas plus lourd que deux cigarettes. Pas trop cher non plus. Mais des dizaines d'heures de musique sur le sternum, que l'on emmène sur soi dans la rue, au sport, au restaurant, en voyage, sur la plage, au lit, en boîte même, bref partout. Le minuscule baladeur MP3 qui se porte autour du cou est l'accessoire de l'été 2005. Impossible de faire cent mètres, en ville, sans voir ce petit objet, de la taille d'un paquet de chewing-gum, accroché comme un collier à hauteur du cœur des adolescents, des femmes d'affaires ou des coursiers à vélo.

Son grand frère, le baladeur numérique avec disque dur (comme le modèle le plus connu, l'iPod sorti par la marque Apple), est plus lourd, il doit donc se loger dans une poche ou se tenir à la main. Lui, au contraire, il s'affiche en entier avec ses deux fils reliés aux écouteurs. Fonctionnant sans disque dur, comme une clé USB, il incarne une nouvelle manière d'absorber le son en milieu urbain, toutes générations confondues. Tous genres encore plus mélangés (cf. les interviews ci-dessous). Omniprésence encore plus obsédante de la musique, et pour cause: son propriétaire a les mains libres.

Depuis sa sortie en 2002, ce petit objet a connu un succès fulgurant. Un marché estimé à 4 milliards de dollars en 2005, et qui doublerait chaque année, selon The Economist. Trois fois moins cher qu'un iPod, le baladeur numérique porté autour du cou a construit sa renommée directement depuis la rue, quasiment sans publicité. Des marques jusqu'il y a peu inconnues comme iRiver ou iAudio sont d'ailleurs en tête des ventes en Suisse romande, derrière SanDisk qui bat tous les records. A la Fnac de Genève, la responsable de la communication, Sandrine Nkoulou, annonce pas moins de 20 000 de ces appareils MP3, toutes marques confondues, vendus dans les magasins genevois de la chaîne. Dont 10 000 rien que pour le mois de juillet.

Même constat chez Manor à Lausanne. Pour Patrick Leverger, cet objet exhibé comme un collier représente le principal des ventes du secteur audio, avec une demande qui a doublé depuis janvier 2005: «L'appareil qui marche le mieux, c'est le MPMan, avec piles, à 89 francs pour 256 chansons. C'est le moins cher et il s'adresse à une clientèle jeune, entre 10 et 12 ans.» Juste derrière le SanDisk à 150 francs pour 120 chansons, équipé d'une batterie rechargeable et d'une radio.

En 2004, avec du retard sur certains concurrents, la marque Apple a sorti le modèle Shuffle blanc de blanc. Si sa ligne profilée est élégante, le Shuffle est en revanche dépourvu d'écran et de radio. Mais sa batterie d'une autonomie de 15 heures, pour 240 chansons, en a déjà fait un succès, plusieurs fois en rupture de stock.