– Vous entrez dans le Larousse, rédigez votre notice.

– Il a goûté à tous les médias et les as tous aimés, sans retenue.

– Qui êtes-vous d'autre?

– Un voyageur.

– Le moment chaud de votre été?

– Dubrovnik, en juillet, assemblée de l'Union européenne des radios et télévisions. Soudain, les attentats à Londres. Toutes les grandes TV en live. La TSR n'était pas en retard.

– L'indice de votre crème solaire?

– Fort sur le Léman, faible ailleurs.

– Votre héros dans la vie réelle?

– La «vie réelle» est trop vaste pour se résumer à un nom.

– Le talent qui vous manque?

– L'insouciance.

– Devant qui vous inclinez-vous?

– Les vrais enthousiastes. Mes enfants aussi: il a bien fallu leur apprendre à lacer leurs chaussures.

– Aimeriez-vous être votre enfant?

– Oui, je pourrais plus mal tomber…

– L'âge de votre vie que vous aimeriez revivre?

– Je suis prêt à en reprendre pour une centaine d'années.

– La plus belle fois où vous vous êtes dit: «La vie vaut la peine d'être vécue»?

– La naissance de mes enfants.

– L'humanité se divise en deux catégories, lesquelles?

– Ceux qui ont accès à l'information, qui peuvent anticiper, et les autres. Finalement, tout découle de cela.

– La partie la plus attirante de votre corps?

– Vous ne posez pas la question à la bonne personne.

– L'invention qui a changé le XXe?

– L'image. La photo, le ciné, l'audiovisuel, qui rapproche – ou réduit – le monde.

– Votre souhait pour le XXIe?

– Le partage des savoirs. Que la société de l'information rassemble au lieu de diviser.

– Qu'êtes-vous certain d'aimer toujours?

– Le mouvement, le changement.

– Votre mot le plus fréquent?

– Essayons.

– Trois mots qui disent la Suisse?

– J'en vois quatre: multiple, compliqué, ingénieux et petit.

– Pour ou contre le Cenovis?

– Pour.

– A quoi avez-vous renoncé

– Au tabac, cela reste dur!

– La dernière chose que vous avez perdue?

– Mon téléphone, avec son répertoire, non sauvegardé!

– A quoi ne résistez-vous pas?

– A une belle aventure imprévue. A un verre de vieux rhum haïtien.

– Quelle musique pour accompagner votre dernier soupir?

– Le Requiem de Mozart.

– Votre devise?

– Pourquoi pas?

– L'être que vous aimeriez soumettre à ce questionnaire?

– A moi-même, dans dix ans, histoire d'observer si le temps passe.