Comment inciter les jeunes et les femmes à boire du vin? En Suisse, la consommation ne cesse de baisser. De régulière, elle est devenue le plus souvent occasionnelle.

Pour remédier à cette situation préoccupante pour les producteurs, Schenk S.A. a créé un blanc et un rosé light appelés tous deux Tendance 9. Ces deux flacons présentent en effet un faible degré alcoolique de 9% vol. Ils se distinguent des bouteilles traditionnelles par un look moderne et des épaules carrées.

Le dossier de presse nous apprend que ces vins sont issus de vendanges précoces ayant atteint leur maturité aromatique. La fermentation a eu lieu à une température de 19 °C. L'activité des levures a été bloquée par un passage à froid une fois atteints les 9% vol. d'alcool. Le blanc est un assemblage de riesling-sylvaner (80%) et de pinot blanc (20%). Le rosé est composé à 100% de gamay. Accords conseillés: apéritif, tapas, cuisine asiatique.

Mais ces «vins» vont-ils convertir les jeunes à l'oenophilie? Qu'il nous soit permis d'en douter. Car ces deux produits tiennent davantage d'un alcopop que d'un vin. Malgré leurs arômes flatteurs, tous deux sont fortement gazeux et très sucrés. En bouche, le déséquilibre entre l'acidité, l'alcool et le sucre est flagrant. Le vin est un long apprentissage. De même qu'on n'apprend pas à apprécier la littérature en lisant des romans de gare, on ne peut s'initier au vin en buvant de la limonade additionnée d'alcool.