Les adultes aiment-ils autre chose que retomber en enfance et prolonger ce temps que leur imagination embuée recompose sous un jour idyllique? C'est les questions que l'on se posait l'autre jour, en sortant du dernier salon du jouet, Suisse Toy, qui s'est tenu à Berne. Le président de l'Association suisse des jouets, Peter Gygax, parlant même d'«after-dinner games» pour évoquer le nombre grandissant de joueurs adultes qui se réunissent autour d'une table en soirée (ne serait-ce que pour, en ces temps de porte-monnaie maigre, économiser sur la sortie cinéma).

Ainsi le jeu qui remporté tous les suffrages, en l'occurrence le prix du Spiel des Jahres 2008, décerné par une association de passionnés germanophones, se prénomme «Keltis - Die Weg der Steine». C'est un jeu de plateau, imaginé par un créateur prolifique et réputé, également docteur en mathématiques, l'Allemand Reiner Knizia. Pour Keltis, qui peut être joué par 2 à 4 joueurs, Reiner Knizia s'est inspiré de son propre jeu sur les expéditions archéologiques, les Cités perdues. Cette fois-ci, il est question de chemins secrets en territoire celte. Pour l'instant, Keltis n'est disponible qu'en allemand, mais la version francophone devrait arriver d'ici la fin de l'année. Les non-germanophones peuvent déjà en trouver la traduction sur Internet.

A noter que, chez les plus petits, c'est le jeu «Wer war's» (Ravensburger) qui a gagné. Son thème: la recherche d'un anneau royal. Son auteur? Reiner Knizia.

«Keltis», à partir de 10 ans, éditions Kosmos, environ 30 CHF