Vingt ans plus tard, Swatch renoue avec les collaborations artistiques qui ont vu naître les montres Kiki Picasso, Keith Haring, Mimmo Paladino, Sam Francis, Vivienne Westwood ou Pedro Almodovar. Une nouvelle collection de Swatch translucides, Jelly in Jelly, comprend deux montres signées par le trio new-yorkais Blue Man Group, des musiciens/artistes/performers habitués des casinos de Las Vegas. Sorte de croisement entre le Cirque du Soleil, le groupe techno Kraftwerk, Fantomas et l'Action painting, mais en plus kitsch, le spectacle des Américains peints en bleu est bruyant, éblouissant et éclaboussant: les jets de peinture fusent en tous sens, y compris dans le public.

Les trois Américains bleutés signent l'une des Swatch Jelly in Jelly (illustration). Ils ont créé un second modèle l'autre soir à Lugano, lors d'une performance scénique qui commémorait la sortie de la 333 millionièmes Swatch. Cette seconde montre sera disponible dès septembre en édition limitée (3333 pièces). Elle a été décorée, ou plutôt tachée à l'aide de la technique «paint drumming», laquelle consiste à battre des tambours recouverts de peinture liquide, ce qui a pour effet de déclencher des geysers de couleurs aussi vives que rythmées.

Moins pétulantes, les autres montres de la collection optent pour le monochrome (le rose, l'orange, le bleu, le blanc et le noir) ou des tenues sportives sages.