• 7% des Suisses et des Suissesses ont souffert d'un problème de santé les ayant fortement gênés dans leurs activités quotidiennes tout au long des six mois ayant précédé l'enquête. Ce qui est finalement assez peu.

• 37% des sondés souffrent d'un excès de poids. La part des personnes en surpoids augmente avec l'âge. Elle est de 29% chez les 25 à 34 ans et de 52% chez les 65 à 74ans. Les adolescents et les jeunes adultes éprouvent moins de difficultés à conserver un poids correspondant à leur taille. Depuis 1992, le pourcentage des Suisses en surpoids a progressé dans toutes les classes d'âge. Il était de 10% pour les 15-24 ans en 1992, il est de 12% en 2007. Pour les 45-54 ans, il était de 37% en 1992 contre 42 quinze ans plus tard. Par ailleurs, l'anorexie demeure un sérieux problème de santé qui concerne principalement les jeunes femmes: 39% de celles âgée de 15 à 24 ans ont tendance à avoir une insuffisance pondérale ou un poids léger, contre 19% des jeunes hommes de la même tranche d'âge.

• Paradoxe avec le surpoids des Suisses? La population à 71% dit en effet faire attention à son alimentation, les femmes (77%) davantage que les hommes (63%). «Mais, affirme un diététicien, faire attention n'a jamais signifié mieux manger, on peut penser faire preuve de vigilance en remplissant moins l'assiette voire en sautant un repas, ce qui n'est pas conseillé. C'est la qualité du contenu qui importe.»

• 72% de la population ne fume pas. Information rassurante: en 2002, 39,9% des 15-24 ans hommes étaient «accros», 36,6% en 2007 (respectivement 34,7 contre 30,5 pour les femmes). On note par ailleurs un recul net du tabagisme passif, 16% des personnes indiquant être exposées chaque jour pendant au moins une heure contre 27% en 2002. 37% des jeunes hommes et 22% des femmes ont déjà fumé du cannabis. Les jeunes de 2007 ont par ailleurs davantage d'expérience avec les drogues dures (4,8% pour les garçons, 2,8 pour les filles) contre 3,8 et 2,7 en 2002.

• Par rapport à 2002, l'enquête note une baisse de la part des personnes qui ne consomment jamais d'alcool et une augmentation de celles qui «boivent» occasionnellement (1 à 2 fois par semaine) surtout parmi les femmes. Globalement, un homme sur cinq et une femme sur dix indique consommer de l'alcool chaque jour.

• La Suisse consacre une part importante de son produit intérieur brut à la santé (10,8% en 2006), C'est le deuxième pays au monde après les Etats-Unis qui dépense autant. 80% de la population ont consulté au moins une fois un médecin au cours de l'année précédente. D'autre part, les Suisses effectuent de plus en plus d'examens de dépistage: 75% contrôlent au moins une fois par an leur tension artérielle, 46% leur taux de cholestérol.