Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
n/a
© Thierry Porchet

Esprit de famille

Raphaël 
Domjan: «Mes parents m’ont inculqué une liberté totale pour réaliser mes rêves»

Ecoexplorateur et pilote de SolarStratos, l’avion solaire stratosphérique inaugure notre série «esprit de famille»

Le Temps: Qui étaient vos parents, en deux mots?

Raphaël 
Domjan: Leurs caractères étaient très différents. Mais ma mère et mon père m’ont inculqué deux choses: leur passion pour la musique et une liberté totale pour réaliser mes rêves. Ce qui m’a poussé
à beaucoup voyager, à faire de la montagne, de la spéléologie, bref à oser tout entreprendre.

– Quelle valeur primordiale vos parents vous ont-ils transmise?

– De rester juste en toute occasion. L’injustice est un sentiment qui m’est insupportable.

– Pour vous, la famille, c’est…

– Ce qu’il y a de plus important dans la vie, à côté des amis, des passions et du travail. Mes parents avaient une conception plutôt traditionaliste de la famille, avec des valeurs très fortes, très solidaires. Lesquelles me suivent encore aujourd’hui. Comme le fait de travailler avec mon frère, par exemple.

– D’où venez-vous?

– Domjan est un nom d’origine hongroise. C’est mon arrière-grand-père qui est arrivé en Suisse pour fuir la Première Guerre mondiale. La famille raconte notre appartenance, nous dit d’où on vient. J’ai d’ailleurs prévu d’analyser mon ADN pour mieux connaître mes origines.

– Votre enfance: ennuyeuse ou voyageuse?

– Plutôt voyageuse, même si on allait jamais très loin. L’un d’eux m’a particulièrement marqué, lorsque ma mère m’a envoyé tout seul rejoindre le chalet de mon grand-père à Chaumont. C’était à 500 mètres en funiculaire de Neuchâtel, mais je n’avais que 2 ans et demi. Et pour la première fois je voyageais sans personne, juste avec la pomme que ma mère m’avait donnée. A chacun de mes déplacements, je me souviens de cette expérience, de cette confiance que mes parents m’ont accordée très tôt.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

Les Vietnamiens sont friands de serpents. On y voit l'influence de la tradition chinoise. Mais la pratique choque, y compris dans les villes du pays

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

n/a