OPÉRATION DATA

Reprenez le contrôle de vos données! «Le Temps» propose une expérience participative

Notre journal lance une opération sur la gestion des informations personnelles sur le web. Un groupe de lecteurs sera accompagné pour formuler une requête auprès de sociétés comme les opérateurs téléphoniques, les assurances ou les réseaux sociaux, et exploiter les données reçues

La conférence de lancement, mentionnée dans cet article, est déjà complète. Pour accompagner correctement les participants au projet, nous ne pouvons accueillir un trop grand nombre de personnes. Nous vous remercions de l'intérêt porté à notre projet.

Des données aspirées, détournées, manipulées. Les informations personnelles que nous livrons aux grandes plateformes numériques sont trop souvent exploitées sans notre consentement ou sans que nous comprenions bien tout ce qu’elles savent de nous. Bien souvent, leur mauvaise utilisation a un parfum de scandale, comme ce fut le cas avec la retentissante affaire Cambridge Analytica qui perturba la présidentielle américaine de 2016 et le référendum sur le Brexit.

Le monde prend conscience du caractère inflammable de ces données. Publiée fin décembre, une enquête saisissante du New York Times confirme l’ampleur et la gravité du phénomène. Tout citoyen américain en possession d’un smartphone est suivi à la trace avant de devenir la cible de campagnes marketing agressives. Les milliards de données obtenues par le quotidien américain permettent par exemple d’identifier un fonctionnaire du Ministère de la défense qui a participé à une manifestation contre Donald Trump le jour de son investiture à la présidence. Et si un régime répressif mettait la main sur une telle information?

Lire aussi: Une enquête révèle comment les smartphones sont pistés de manière inouïe

Fixer des limites

La Suisse n’échappe pas à la récolte de données à des fins commerciales. Chacun à son niveau peut hisser des barrières virtuelles pour mieux se protéger. Mais comment fixer les limites? L’exercice n’est pas évident. Il faut explorer les paramètres de chaque service utilisé, contrôler les applications installées sur nos appareils ou prendre la décision radicale de désinstaller certains outils.

Pour s’y retrouver dans cette jungle numérique, Le Temps vous propose une expérience participative. L’idée est d’accompagner un petit groupe de lecteurs pour que chacun obtienne une copie de ses données personnelles auprès de différents acteurs, que ce soit d’un géant international comme Facebook, d'un opérateur comme Swisscom ou d’une compagnie d'assurance maladie. Nous avons fait appel à un fin connaisseur du sujet, Paul-Olivier Dehaye, pour mener à bien ce projet. Installé à Genève, le fondateur de l’organisation non gouvernementale PersonalData.io accompagnera les participants tout au long de la démarche. Une conférence, ouverte sur inscription, sera organisée à la rédaction du Temps le mercredi 22 janvier pour lancer cette aventure numérique et pédagogique. Chacun sera libre de choisir les éléments qu’il partage avec le spécialiste et la rédaction du Temps pour mieux comprendre comment se protéger et exploiter les données reçues.

Lire aussi: Paul-Olivier Dehaye, le matheux ennemi de Facebook

Déchiffrer les données récoltées

Cette demande de transparence n’est pas encore devenue un réflexe chez la plupart des internautes. Pourtant, au sein de l’Union européenne, les entreprises doivent répondre positivement à cette requête dans le cadre du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Le pendant suisse de ce texte, en discussion au parlement, fixera des règles semblables pour les acteurs économiques helvétiques, y compris ceux qui n’ont pas de liens commerciaux avec des pays membres de l’UE.

Dans certains cas, la procédure est simplifiée. Il suffit de cliquer sur un bouton pour recevoir un dossier avec l’intégralité ou une partie des informations récoltées. Dans d’autres, il est nécessaire d’envoyer un courriel élaboré pour obtenir une réponse de l’entreprise. Notre rédaction a développé un formulaire pour faciliter l’opération. L’outil sera mis à la disposition des participants. Que reçoit-on exactement? Une masse de fichiers plus ou moins surprenants, comme l’historique de nos positions géographiques ou la liste des annonceurs qui ont accédé à notre profil. Ce dossier n’est pas toujours d’une grande clarté. Nous vous aiderons à le déchiffrer, tout en respectant scrupuleusement votre vie privée.

Lire également: Comment notre smartphone nous vole notre temps

Pour que cette expérience serve au plus grand nombre, plusieurs articles seront publiés dans le journal et sur notre site web. Un grand format présentera l’expérience de plusieurs participants sous la forme d’une galerie de portraits, avec leur ressenti au moment de parcourir les données obtenues, leurs découvertes étonnantes ou inquiétantes ainsi que leurs nouvelles habitudes numériques. Des témoignages qui permettront, nous l’espérons, à chacun de reprendre le contrôle de sa vie connectée. Des conseils seront également partagés avec l’ensemble des lecteurs du Temps.

Découvrez notre dossier sur les enjeux de la protection des données


S’inscrire à la conférence «Obtenir mes données personnelles», organisée à la rédaction du Temps, à Lausanne, le mercredi 22 janvier à 18h30 (nombre de places limité): letemps.ch/donnees

Vous souhaitez en savoir plus sur l’opération? Envoyez-nous votre question à hyperlien@letemps.ch.

Explorez le contenu du dossier

Publicité