«HELP! On n’est pas là pour te juger, mais pour t’aider.» Début mars, en France, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les sectes (Miviludes) a tiré la sonnette d’alarme. Plusieurs de ces messages, imprimés sur des tracts dissimulés dans des enveloppes jaunes, ont été retrouvés, suspendus dans des escaliers ou à des arbres aux abords de campus universitaires, dans différentes villes. «Ces flyers émanent de l’Eglise universelle du royaume de Dieu, une église évangélique brésilienne qui prône la guérison spirituelle», indique Danièle Muller-Tulli, présidente de l’Association suisse pour la défense de la famille et de l’individu (ASDFI).

Lire notre éditorial: A qui profite la crise (existentielle)?