Adieu l’image romantique des jardins romains où la conversation philosophique s’épanouissait à l’ombre d’une statue antique. L’époque est désormais au bavardage dans des univers virtuels peuplés d’avatars. Sur Clubhouse, réseau social à l’écho médiatique considérable, les espaces de discussion (baptisés rooms) s’ouvrent et se ferment sans interruption, signe d’un intérêt revigoré pour l’expression orale. Dans ces bulles connectées, tout est prétexte à la prise de parole, du développement personnel à la création d’entreprise. On débat, on s’épanche, on séduit sous le contrôle d’animateurs bénévoles, plus ou moins à l’aise dans l’exercice de la modération.