Tout a commencé par des autocollants sur la porte de son bureau et des prises à partie sur Twitter. Puis, des affiches demandant sa démission ont été collées à travers le campus. En octobre, des manifestants sont venus dans l’université pour bruyamment réclamer son départ. La seconde fois, ils étaient une centaine, le visage masqué.