Il y a un peu plus d’un siècle, le compositeur vaudois Emile Jaques-Dalcroze (1865-1950) inventait une pédagogie originale basée sur l’approche corporelle de la musique: la rythmique. Battant en brèche le graphocentrisme des pédagogies musicales dominantes, la méthode imaginée par Dalcroze se fonde sur la respiration, la liberté du corps et des gestes, «pour faire du corps tout entier une oreille». Elle ne s’adresse pas seulement aux enfants désireux de s’initier à la musique, elle se pratique à n’importe quel âge, recommandée même depuis plusieurs années par les Hôpitaux universitaires genevois (HUG) aux personnes atteintes de maladies dégénératives, comme Parkinson. Face aux séquelles du covid long, l’institut lance un atelier pour tenter d’améliorer les symptômes persistants de cette nouvelle maladie.