Quel beau concept! D’accord, il ne s’agit pas de français stricto sensu, mais cette Mare Serenitatis séduit par l’échappée qu’elle offre à l’imagination. La «Mer de la Sérénité» est l’une des mares sèches de la Lune. S’agissant de sa géographie, les observateurs ont distingué les mers, qui forment les taches sombres de l’astre, et les continents, plus clairs, faits de cratères et de leurs ejecta, les couronnes de débris signalant les chocs météoritiques qui ont marqué l’histoire de ce beau caillou.

En cette période anniversaire des premiers pas humains sur la Lune, nous consacrons notre semaine à l’unique satellite de la Terre. Pour nommer les caldeiras, les astronomes ont recouru à des noms de scientifiques fameux, ou à tout ce qui leur passait par la tête: il existe même un cratère lunaire baptisé «Pontécoulant», du nom d’une sympathique commune du Calvados, 93 habitants. S’agissant des mers, les experts ont été plus inspirés: sur la face visible, il existe une Mer de la fécondité, un Océan des tempêtes, la Mer des nuées, un Marais des épidémies, la Mer du nectar et même un Lac du temps. La mer de la tranquillité est d’ailleurs reliée à celle de la sérénité, toute une histoire… La face cachée, elle, ne comprend qu’un seul bassin, mais de quel délicieux nom: la Mer de l’ingénuité. Comme si la nomenclature lunaire ne devait refléter que les meilleures parts de cet être étrange, celui qui a fini par y aller.

Chaque jour de l’été, sans prétention, «Le Temps» déguste un mot de la langue française.