La «vanlife» séduit aussi bien les solitaires que les familles, les couples ou les bandes d’amis. Sur les réseaux sociaux, des Suisses et Suissesses se font les porte-voix de ce mode de vie. Une série estivale en trois épisodes.

Si l’on surnomme les petites voitures «pots de yaourt», Blanche et Marielle ont baptisé leur van «Le P’tit Suisse». Une référence à la hauteur de l’habitacle du véhicule qui peut parfois gêner la grande Blanche, mais aussi un clin d’œil à leur point de départ. Les deux femmes ont décidé de «tout quitter pour voyager» depuis bientôt deux ans. S’encombrer la tête d’un itinéraire, de réservations de billets, puis d’hébergements pour sillonner l’Europe? Non merci, le couple préfère improviser.

Décorations maison

Après un premier essai, pluvieux mais concluant, elles se lancent et achètent leur véhicule. «Nous voulions l’aménager nous-mêmes, mais il n’aurait plus été aux normes légales pour voyager», glisse Marielle. Qu’à cela ne tienne, le duo le revend et s’offre un van tout équipé qu’elles décorent à leur guise. Sur la carrosserie est reproduite la vue depuis la fenêtre de la chambre d’enfant de Blanche, en Toscane, un panorama qui embrasse les Préalpes fribourgeoises chères au cœur de Marielle.

Fin prêtes, en septembre 2019, les voilà parties direction la France puis le sud de l’Europe en remontant vers le Lichtenstein, les Pays-Bas, puis la Suède et la Lituanie pour se rendre en Pologne, en Grèce, en Turquie, ou encore en Albanie. Leur itinéraire se dessine au gré de leurs envies, de leurs rencontres et «en suivant le soleil», disent-elles.

La vie à deux dans un petit espace peut sembler pesante. Blanche et Marielle l’appréhendaient, mais il n’en est rien. «Nous avons installé un rideau pour séparer notre lit de l’espace à vivre, un petit rien qui change tout quand l’une veut s’isoler», précise Marielle. «Et puis la vie en van, à part quand on conduit, c’est principalement d’être en dehors», complète Blanche.

Lire aussi: «Van life», l’inflation de la liberté

Aurores boréales

Si cette dernière adore explorer les environs une fois le van arrêté, sa partenaire se plonge dans les cartes. «Nous nous garons toujours là où nous voulons être le lendemain pour profiter de notre journée, précisent-elles. Dans 90% des cas, nous nous levons face à un panorama magnifique et dans 10%, sur un parking.» Elles ont même eu la chance de se réveiller à 2 heures du matin pour admirer des aurores boréales en Finlande.

Leur quotidien est façonné par des immersions dans la nature et une forme d’impulsivité touristique. Mais il est aussi rythmé par les obligations de leur lieu de vie: elles doivent penser à faire le plein de carburant et d’eau et anticiper leur point de chute. Pour ce long voyage, le couple a également instauré un budget de 50 francs par jour. Celui-ci est loin d’avoir fondu. Les deux femmes viennent de déposer Le P’tit Suisse en Belgique pour qu’il soit acheminé aux Etats-Unis. Elles poursuivront leur aventure en Amérique du Nord.

Sur ce sujet, regardez notre vidéo: Very Swiss Trip, épisode 1: La vie en van


Leur compte Instagram: @bm.aroundtheworld