Pêche miraculeuse

Le silure de Sion était un faux

Mauvais poisson de juin: un jeune pêcheur s’est fait photographier avec une prise monstrueuse au domaine des Iles. Sauf que c’était une arnaque sur Facebook

Si les amateurs de baignades peu avertis redoutent une seule chose, c’est bien le grand méchant silure, le plus gros poisson d’eau douce d’Europe, qui mesure jusqu’à 2,20 m pour 80 kg! Le bougre n’a aucune concurrence: «L’ogre de nos rivières» et de nos lacs, omnivore, trône au sommet de la chaîne alimentaire aquatique, attrape les pigeons en sautant hors de l’eau, comme le montre la vidéo ci-dessous et peut même mordre l’humain baigneur qui l’ignore.

Donc, lorsqu’une de ces sales bêtes se fait hameçonner par des pêcheurs généralement surpris et fervents des records marseillais, elle devient immédiatement une star du Net. Une simple recherche avec «silure» dans Google Actualités montre que les captures sont fréquentes et que lesdits records s’arrachent. A priori, la photographie d’un énorme spécimen soi-disant pêché au domaine des Iles à Sion, était donc crédible, comme l’a rapporté Le Nouvelliste. D’autant qu’il y a trois ans, alors qu’il taquinait la truite dans la gouille des Iles, un autre pêcheur avait «déjà» attrapé un de ces grands poissons solitaires et lucifuges, pesant presque cinq kilos pour 90 centimètres de long. Sans compter cette baigneuse des mêmes eaux mordue en 2011, qui avait beaucoup amusé la twittosphère: il «a emporté un bout de mon bikini», avait-elle alors témoigné après sa poignante mésaventure.

Sauf que cette fois, tout était faux. Après 217 partages sur un compte Facebook que nous n’avons hélas pas retrouvé, mais dont Le Nouvelliste dit qu’il affichait «une cinquantaine de commentaires», s’ensuivit un article de 20 minutes prétendant que la publication, sur le réseau, d’une photo d’un silure pêché aux Iles avait «semé un léger vent de panique dans la plaine du Rhône». Les commentaires étaient «d’ailleurs sans équivoque»: «C’est dangereux pour les baigneurs, il faut les éliminer, je n’irai plus jamais aux Iles avec mes enfants.» D’ailleurs, ces histoires sont très sérieuses. Même l’écrivain Jean-François Fournier s’en était mêlé en 2011:

Parmi les fameux commentaires sur FB, celui du responsable des Iles aurait dû pourtant attirer l’attention. Il démentait formellement que l’image fût prise à Sion. De fait, la photo a été prise en France, d’après son auteur, qui demeure discret.

Reste qu’il y a effectivement des silures dans ces eaux-là. Antoine De Lavallaz, président de la Bourgeoisie à qui appartient le domaine, confirme: «Tous les plongeurs les ont déjà vus. Ce n’est pas un secret. Le problème est davantage lié à la faune qu’à la sécurité des nageurs. Ces poissons ne sont pas venus naturellement. Nous avons demandé une analyse du service cantonal de la pêche pour trouver la meilleure solution.»

Renseignement pris par le quotidien gratuit, le Valaisan coupable de l’imposture «voulait attirer l’attention sur ce qu’il estime être un problème de sécurité récurrent»: «Des silures d’une dizaine de kilos vivent dans la gouille, qui est très fréquentée par les familles en été, explique-t-il. Un ami s’est fait charger à deux reprises l’an passé. Il est temps que les autorités traitent la question sérieusement.» Et elle «interpelle», cette question, à lire les innombrables commentaires d’internautes sur cet article. Prouvant que le bel affreux silure n’est décidément qu’un poisson très moche, porteur d’une réputation épouvantable que véhiculent ses allures préhistoriques. Un délit de sale gueule, quoi.

Publicité