– Sur un bateau pour aller où?

– Au Spitzberg, à l’extrême nord de la Norvège, un endroit qui se situe à environ mille kilomètres du pôle Nord.

– Et sur un pédalo avec qui?

– Quitte à pédaler autant faire du vélo.

– Fermez les yeux. Si je vous dis «de l’eau» que voyez-vous?

– Un mal nécessaire. Je ne suis pas un grand amateur d’eau, j’aime la contempler et voguer dessus, mais je déteste m’y baigner et la boire. A part pour me brosser les dents.

– Votre spécialité à la piscine?

– Mater les filles. Enfin, à l’époque, parce que je suis marié.

– Vos premières larmes par amour?

– C’était vers l’âge de neuf-dix ans, j’étais passionnément amoureux d’une fille, une Hongroise, mais elle ne voulait pas de moi. Je ne vais d’ailleurs pas la nommer, elle pourrait se reconnaître.

– Combien de bains par semaine?

– Aucun. Par contre deux douches par jour, une le matin et une après le vélo.

– Votre plus belle odyssée?

– Ce printemps, sur un bateau au nord de la Norvège. On avait les skis sur le bateau et on s’arrêtait au gré de nos envies dans les fjords. Ensuite, on grimpait en peau de phoque pour profiter d’une descente dans la poudreuse. C’était réellement extraordinaire.

– Et votre pire costume de bain?

– Le pire est déjà dans ce mot, il incarne tout ce dont j’ai horreur. Tous les costumes de bain sont affreux surtout avec mon bronzage de cycliste.

– Votre vie ressemble-t-elle à un verre à moitié vide ou à moitié plein?

– Qui a bu boira.

– Votre plus grand plongeon?

– La naissance de mon fils.

– Votre record de ricochets?

– Huit ou dix. Je suis extrêmement fort aux ricochets. J’habite près du lac, je m’entraîne depuis tout petit.

– Henniez bleue ou Henniez verte?

– Bière. Au pire, celle avec des bulles, pour au moins avoir l’illusion d’un goût.

– Qu’est-ce qui vous fait perdre pied?

– La trahison. Excepté la mort d’autrui, c’est une des rares choses insupportables. J’arrive difficilement à gérer la défiance d’une personne en laquelle j’avais confiance. Je n’ai pas de réponse à ça.

– Qu’entendez-vous quand vous avez la tête sous l’eau?

– Le bruit du réveil qui résonne encore.

– Quel goût à l’eau bénite?

– Le goût de grenouille

– Sticks de poisson ou caviar?

– Sticks de poisson. C’est ce que l’on peut faire de pire, un appauvrissement total du goût mais en même temps c’est terriblement bon et facile à cuisiner. En tant qu’ancien célibataire, j’ai eu un rapport intime avec les sticks de poisson.

– L’eau est l’or bleu de demain. Qu’en pensez-vous?

– C’est certain et même d’hier. L’eau est ce qui a sous-entendu la plupart des conflits. On ne liera jamais assez la problématique du Proche-Orient à celle de l’eau.

– A quoi servent les jacuzzis?

– A occuper les riches. Le jacuzzi est le summum du passe-temps inutile et prétentieux.

– Pour qui était votre dernier mollard?

– Malheureusement pour mon camarade de club de vélo qui était derrière moi lorsque j’ai craché à 50 km/h. C’est la loi du peloton avec vent contraire.

– Quelle boisson pour accompagner votre dernier repas?

– Un grand bourgogne, un Aloxe Corton millésimé.

– Ô temps suspends ton vol…

– Ô temps pour moi…