«En été, Iqaluit est très calme. C’est une ville où résident de nombreux expatriés venus travailler pour quelques années dans l’administration ou l’éducation. Dès les vacances, la majorité d’entre eux partent dans le Sud, soit dans le reste du Canada ou dans les îles des Caraïbes. Je préfère rester ici pour profiter de la température agréable qui peut monter parfois jusqu’à 20°C, même si la moyenne reste plutôt autour de 10°C. Ça me permet parfois de faire du yoga en tee-shirt sur mon balcon.

»Chaque année, je m’émerveille de la force avec laquelle la nature est capable de renaître après ces hivers si rigoureux. Dès que la neige fond en juillet, la toundra se recouvre de fleurs de coton. L’air sent la mer et j’en profite pour faire de longues marches le bord de la baie avec mon chien. Même si la ville est petite, il est parfois difficile d’avoir un peu de solitude, car en été tout le monde est dehors. Quand je pars camper ou pêcher, deux activités très populaires ici, je m’arrange pour bien choisir ma destination pour ne pas me retrouver à la même place qu’une dizaine d’autres personnes de la ville. Pour trouver un peu de calme, j’aime faire du ski de fond sur les derniers bancs de glace qui flottent dans la baie.

»L’autre chose en été qui me fascine, c’est le soleil qui ne se couche presque pas. La lumière donne plus d’énergie et ça change totalement notre manière de vivre. L’hiver, il fait nuit pratiquement tout le temps. Je reste chez moi et me couche tôt. L’été, j’ai l’impression d’avoir deux journées en une. Les gens deviennent plus insouciants et se permettent des folies. Des amis frappent à ma porte à 23h en semaine. On sort, on va jouer au disc golf – un genre de golf avec frisbee – jusqu’aux petites heures du matin. Cela donne une ambiance étrange le lendemain, car toute la ville est très fatiguée.»