«Le Temps»: Les mesures sanitaires sont de plus en plus contestées. Qu’est-ce que cela dit de notre rapport au risque?

Patrick Peretti-Watel: Les individus font face à des risques concurrents au risque sanitaire, comme la perte d’un emploi ou la peur de l’isolement. Au début de la pandémie, l’urgence a poussé la majorité des citoyens à adhérer à des mesures réduisant leurs libertés individuelles. Mais plus la crise se chronicise, plus ses coûts sociaux et économiques sont difficiles à accepter. Par exemple, les jeunes ont le plus souffert du confinement en termes de santé mentale, de troubles du sommeil, de symptômes anxieux et dépressifs.