Une éclipse de Lune totale aura lieu ce soir dans le ciel de toute l'Europe. Petits et grands auraient pu profiter du spectacle astronomique puisqu'elle aura lieu en milieu de soirée, une heure idéale. Malheureusement la météo, guère optimiste, pourrait empêcher les Romands de lever les yeux vers la voûte céleste, armés ou non de jumelles, voire d'un télescope pour ceux qui désirent observer en détail les mers basaltiques plonger dans l'ombre. Rappelons ici qu'il n'y a aucun danger à observer une éclipse de Lune, nul besoin de se munir de lunettes spéciales.

La pleine Lune se lèvera peu avant 17 heures, une vingtaine de minutes avant le coucher du Soleil. C'est à 18 h 44 que la Lune, qui sera située au-dessus de l'horizon est, pénétrera dans le cône de pénombre projeté par la Terre et commencera à montrer une légère perte de luminosité. Mais c'est une heure plus tard, à 19 h 42, que l'ombre terrestre commencera à se dessiner sur le disque lunaire. Elle envahira peu à peu notre satellite – sur le sol lunaire, elle progressera à la vitesse de 3000 km/h – pour atteindre la totalité de l'éclipse à 20 h 51. La Lune restera occultée pendant une heure, avant que le disque sélène reçoive à nouveau les premiers rayons du Soleil. La dernière tache d'ombre s'effacera à 22 h 59 et notre satellite quittera la zone de pénombre à 23 h 57 pour retrouver sa brillance habituelle.

Pendant la phase de totalité de l'éclipse, la Lune devrait rester visible et se parer d'une légère teinte rouge ocre, l'ombre projetée par la Terre n'étant pas totalement dépourvue de rayons lumineux. L'atmosphère qui entoure notre planète réfracte en effet la lumière solaire, les rayons les plus rouges étant déviés vers l'intérieur du cône d'ombre. D'où la teinte rouge cuivrée que prend notre satellite lors de l'éclipse totale (voir l'infographie). De plus, les particules qui séjournent dans l'atmosphère – poussières, gouttelettes d'eau – ont la particularité de diffuser, donc de réémettre plus loin, une partie des rayons solaires.

Rougeoiement atténué

Ce soir, les astronomes prévoient une Lune moyennement rouge, une prévision étayée par deux phénomènes aux effets opposés. D'une part, la Lune est située presque à son périgée, le point de l'orbite le plus proche de la Terre, un facteur qui favorise une éclipse plutôt sombre. D'autre part, la Lune ne traversera pas le cône d'ombre en son centre exact, mais dans sa partie supérieure. La surface située au sud de la Lune, plus proche du centre du cône d'ombre, devrait ainsi s'obscurcir davantage que celle de la partie nord. Les prévisions de couleur et de luminosité d'une éclipse lunaire restent cependant très aléatoires, car le phénomène dépend énormément de la charge de l'atmosphère terrestre en poussières et en vapeur d'eau.

Même si la Lune reste visible durant l'éclipse, elle perd presque toute sa brillance. Le spectacle se situe ainsi dans le ciel tout entier. Les nombreuses étoiles qui passent habituellement inaperçues, car concurrencées par l'intense lumière lunaire, s'«allument» le temps que dure l'éclipse avant de s'estomper à nouveau.

Reste à souhaiter que le spectacle ne sera pas trop dissimulé par des nuages intempestifs. Les météorologues prédisent en effet un ciel voilé sur la Suisse romande. Une perturbation s'approche de l'ouest, précédée par des nuages d'altitude qui devraient arriver en milieu d'après-midi. Espérons qu'ils prendront quelques heures de retard, et surtout qu'ils soient formés de fins cirrus translucides. Car la Lune a un programme d'alignement avec la Terre et le Soleil peu chargé ces prochains temps, du moins vu d'Europe. La prochaine éclipse totale de Lune visible dans de bonnes conditions n'est prévue que le 9 novembre 2003.