On y croit, la pluie laissera bientôt place aux douces soirées à rallonge et aux barbecues improvisés. Sur le grill, il est désormais très probable de croiser un burger végétal, et encore plus probable de ne pas s’en rendre compte: texture, goût, aspect, tout y est. C’est que les ventes de succédanés de viande (du tofu à la viande végétale en passant par les plats végétariens prêts à l’emploi) connaissent une forte croissance: +49,4% de ventes en Suisse en 2020 selon un récent rapport de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). C’est deux fois plus qu’en 2016.

Mais il n’y a pas que ça. L’OFAG souligne également que les produits les plus plébiscités sont précisément ceux qui imitent le mieux la chair animale, l’augmentation de leurs ventes ayant été chiffrée à +74,5% par rapport à 2019. Qu’est-ce qui explique ce succès? Est-ce à dire que nos imaginaires ne peuvent se détacher de l’image classique du steak pourvoyeur de protéines?